Rodrigue Gillion: "J'ai encore gravi un échelon"

il y a 2 mois | Maxime Pasture

Aux 24 Heures de Dubaï 2022, quelques pépins mécaniques ont privé Rodrigue et ses équipiers d’un nouveau podium. Mais le pilote Auto Trends a quand même ramené dans ses valises des enseignements très positifs…

Les pilotes professionnels et gentlemen drivers les plus assidus ont pour habitude de se retrouver à Dubaï pour disputer la « classique » de début d’année. Ainsi, du 13 au 15 janvier derniers, près de 80 voitures réparties dans diverses catégories (GT3, GT4, GTX, TCR, Porsche GT3 Cup) se sont donné rendez-vous aux Emirats Arabes Unis pour se tirer la bourre durant un double tour d’horloge. Pour Rodrigue Gillion, avec une jolie 2e place décrochée en GT4 l’an dernier, cette épreuve lui rappelait inévitablement de beaux souvenirs. Et au départ, les ingrédients étaient plus ou moins semblables : même monture (Aston Martin Vantage AMR GT4), même équipe (PROSport) et même coach/ équipier pour Rodrigue, Nico Verdonck. La recette semblait parfaite pour alimenter de grands espoirs. Mais la course automobile reste un sport mécanique dans lequel tout peut arriver… Voilà pourquoi ça nous passionne autant, d’ailleurs !

Les plus rapides en piste

« Avec une pole position obtenue pour 5 millièmes de seconde en qualifications, l’épreuve démarrait parfaitement pour nous ! », explique Rodrigue. « Et même durant les quatre premières heures de course, nous avons dominé les 9 autres GT4 engagées. » La preuve : l’Aston Martin Vantage AMR GT4 de l’équipe allemande a réalisé le meilleur temps en course des GT4 !

Par la suite, pour des raisons encore inconnues, le train avant a été victime de problèmes de freins. Ensuite, ce sont les freins arrière qui ont montré des signes de faiblesse, de quoi faire perdre deux fois une demi-heure dans l’aventure. Le coup de grâce arrivait plus tard encore, lorsque la suspension arrière s’est mise à ne plus répondre de manière efficace. « Heureusement, l’équipe a, comme toujours, réalisé un super boulot pour nous permettre de repartir à chaque fois. Ceci nous a permis de franchir le drapeau à damier mais en 7e position dans notre catégorie. », relativise le Bruxellois.

Progression toujours en cours

Mais la véritable bonne nouvelle de ce dernier week-end de course se cache du côté des chronos de Rodrigue Gillion. En l’espace de deux ans, le gentleman driver belge a réussi à gagner 3 secondes au tour environ sur l’autodrome de Dubaï, ce qui est énorme ! « En 2021, j’étais 2 secondes au tour plus rapide qu’en 2020. Mais cette année, j’ai encore gravi un échelon en gagnant à nouveau plus d’une seconde au tour par rapport à mes chronos de 2021. » Ceci démontre les immenses progrès du chroniqueur Auto Trends, comme l’explique son coach Nico Verdonck : « Les progrès de Rodrigue sont vraiment ultra-motivants pour tout le monde, mais surtout pour lui ! »

Voilà de beaux arguments pour franchir un nouveau cap en 2022, en participant à un championnat plus compétitif et avec beaucoup plus d’engagés qu’auparavant. Il va y avoir de la bagarre ! Promis, on vous dit tout au prochain épisode…  

 

Photos: Ollivision

Rodrigue Gillion: "J'ai encore gravi un échelon"
Articles à la une

Vidéo


Veuillez accepter les cookies marketing pour voir les vidéos

 Ouvrir les préférences

Inscription à la newsletter

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter

Je m’inscris