Rodrigue Gillion - Les aléas de la course

il y a 1 mois | Maxime Pasture

Le plateau du GT4 Europe sur le Hockenheimring, c’était une première ! Pourtant, ce tracé, Rodrigue Gillion le connaît bien. Mais pour pimenter son week-end, la pluie d’une part et un drapeau rouge d’autre part ont fait leur apparition, au pire des moments…

Avant de se rendre en Allemagne début septembre, le pilote Auto Trends restait sur le plus beau résultat de sa carrière : une 3e place générale aux 24 Heures de Zolder sur une nouvelle Porsche 911 992 GT3 Cup. De quoi remonter à bloc le Bruxellois avec, dans sa tête, des objectifs de fin de saison en GT4 Europe très clairs : se battre pour le Top 10 en catégorie Pro-Am et améliorer ses qualifications. Mais, comme vous le savez, en sport auto, tout ne se passe pas toujours comme prévu…

Pari perdu

Premier acte de cette manche allemande, parfaitement située entre Francfort et Stuttgart, dans le Land de Bade-Wurtemberg. Nico Verdonck prenait le départ en 19e position. En se plaçant 15e au moment de céder le volant à Rodrigue, les espoirs de beau résultat en catégorie Pro-Am étaient grands. Mais c’était sans compter sur un arrêt au stand un peu long et, ensuite, une grosse pluie à 8 minutes de la fin de la course. « Le patron de l’équipe a décidé de me faire rentrer aux stands pour mettre les pneus pluie mais la moitié des concurrents est restée en piste, avec pneus pour piste sèche. Ils ont eu raison car la course s’est terminée au ralenti, sous safety-car. J’avais le présentiment que je ne devais pas rentrer mais je me suis exécuté. En sport auto, c’est le genre de décision stratégique cruciale qu’il faut parfois prendre très rapidement. C’est donc assez délicat mais ça me fait de l’expérience supplémentaire », nous explique Rodrigue. Pari perdu, donc, et 32e place générale, malheureusement en-dehors des points en catégorie Pro-Am. Mais ce genre d’aléas fait partie de ce sport qu’on aime tant et c’est aussi ce qui plaît aux suiveurs.

De nouveaux points, dans la douleur

La préparation de la course 2 a également réservé une petite surprise à Rodrigue Gillion : « Cette fois, je n’ai vraiment pas eu de chance en qualifications. Comme je l’avais déjà confié, je sais que je dois faire mieux dans ce secteur. Et je fais tout pour. Lors de mon dernier tour qualificatif, j’ai superbement amélioré les secteurs 1 et 2. J’étais plus d’une seconde plus vite. Malheureusement, le drapeau rouge est sorti quand j’étais dans le dernier secteur. Avec 43 voitures en piste, on sait que ça peut arriver. Mais au lieu de me retrouver dans le Top 20, j’ai démarré 27e. Dommage », raconte Rodrigue, un peu dépité. Cela n’a pas empêché le gentleman driver de se retrouver devant quelques équipages Silver, qui alignent donc deux pilotes semi-professionnels, alors que Rodrigue évolue en catégorie Pro-Am. En plus, durant la course pour laquelle il prenait le départ, le Belge se débrouillait très bien, cédant le volant à Nico Verdonck en plaçant l’Aston Martin #25 en 21e position. En franchissant le drapeau à damier, l’équipage belge occupait la 17e place, synonyme d’une 7e position de catégorie et donc, de points bien mérités pour le championnat.

Dans notre prochaine chronique, nous vous parlerons de sa finale à Barcelone.

Mots-clés: Sport Aston Martin
Rodrigue Gillion - Les aléas de la course
Articles à la une

Vidéo


Veuillez accepter les cookies marketing pour voir les vidéos

 Ouvrir les préférences

Inscription à la newsletter

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter

Je m’inscris