EDITO - Droit dans le mur

il y a 2 sem. | Stéphane Lémeret

L’annulation du Salon de Bruxelles n’y changera rien : janvier sera comme toujours le mois de l’automobile en Belgique. Les grands médias vont donc largement aborder les sujets du moment, dont la fameuse électrification forcée du marché. Espérons que deux messages essentiels passeront durant cette période. Un destiné aux politiciens belges, l’autre à leurs confrères européens…

En ce qui concerne la Belgique, le problème est simple : si nos édiles veulent vraiment que tous les véhicules de société et une bonne partie des voitures « privées » roulent 100% électrique en 2026, il est plus que temps de prendre les mesures qui s’imposent pour que le réseau de charge soit plus ou moins adapté. Consciente du problème, la France a annoncé un investissement public d’un demi-milliard d’euros pour y parvenir. La Belgique ? Rien, zéro, nada ! 500 millions d’un côté de la frontière, que dalle de l’autre ! Et la Ministre en charge du problème de répondre « On sait qu’il n’y aura pas assez de bornes mais on va limiter le temps de recharge à 10 minutes par voiture ». Non, ce n’est pas une blague, elle a vraiment dit ça, avant de se rendre compte de sa bêtise. Je sais, vous ne me croyez pas. Mais je vous l’affirme : la Belgique va vraiment dans le mur. Droit dedans, à fond sur l’accélérateur, en fermant les yeux ! Et je ne vous parle même pas de la fin du nucléaire, qui va forcément encore compliquer le problème. Heureusement, s’il est déjà trop tard pour que tout se passe comme prévu en 2026, les politiciens ont en revanche encore bien le temps de changer d’avis et de modifier leurs propres décisions. C’est ce qu’ils feront tôt ou tard, en disant que ceux qui, en 2021, ont annoncé le 100% électrique pour toutes les voitures de société dès 2026 avaient négligé certains « détails ». Vous verrez.

Ce que vous verrez aussi, à peu près au même horizon – et j’en viens ici au message à faire passer à l’Europe –, c’est que la Chine va inonder le Vieux Continent avec ses voitures électriques. Comment ? Tout simplement en augmentant fortement le prix des batteries ou des matières premières servant à les fabriquer, puisqu’elle a la mainmise absolue sur ce marché. Une fois que les constructeurs européens seront tous passés au 100% électrique, il suffira en effet à l’ « Empire du Milieu » de s’arranger pour faire doubler ou tripler le prix des batteries (ou de leurs composants, c’est pareil) pour pouvoir vendre ses propres autos à des prix nettement plus compétitifs (n’oubliez pas que les voitures chinoises sont fabriquées par des entreprises d’État). Vous ferez quoi quand, à qualité égale, une voiture électrique chinoise sera 30 ou 40 % moins chère que sa rivale allemande ou française ? Comme tout le monde, vous roulerez chinois, et l’industrie européenne n’aura plus que ses yeux pour pleurer. Espérons que cette prévision arrive aux oreilles de nos décideurs européens au plus vite, car il est peut-être encore temps de changer légèrement de cap et ainsi éviter que la catastrophe économique soit totale.

Sur ce, bonne année à tous. Profitons de pouvoir encore conduire des voitures passionnantes en 2022 !

EDITO - Droit dans le mur

Notre sélection d'annonces

Articles à la une

Vidéo


Veuillez accepter les cookies marketing pour voir les vidéos

 Ouvrir les préférences

Inscription à la newsletter

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter

Je m’inscris