Essai auto Lexus LC500 Cabrio : Exclusivité garantie !

il y a 1 sem. | Nicolas Morlet

Votre compte en banque vous permet de vous offrir un roadster V8 ? Bien ! Mais avez-vous vraiment envie de rouler dans la même Porsche 911 ou Jaguar F-Type que votre voisin. Non ? Dans ce cas, Lexus a dans sa gamme quelque chose qui devrait vous intéresser !

Ce quelque chose, c’est la LC500 Cabrio. Exclusive, elle l’est à bien des égards. Car en plus de son look de concept échappé d’un salon, elle est le modèle le plus cher de la gamme Lexus en Belgique : 131.100€ ! Et elle est également le seul modèle à ne pas disposer d’une motorisation hybride. En effet, alors que le coupé LC500 est proposé avec un six-cylindres électrifié, le cabriolet ne conserve que la motorisation V8 5.0l ! Un gros moteur qui respire sans assistance pour délivrer 464 chevaux aux roues arrière. Ajoutez à cela le fait que Lexus soit déjà une marque relativement discrète dans nos contrées, et vous comprendrez que le nombre d’exemplaires vendus par an sur notre marché devrait se compter sur les doigts de la main ! Pour l’exclusivité, difficile de faire mieux.

Double jeu

 

Vu les habitudes plutôt placides des Lexus, et le fait que cette LC soit surtout destinée au marché américain, je m’attendais à une voiture taillée pour le cruising plus que pour le sport. Et ce fut le cas durant les premiers kilomètres, avalés sur autoroute. A vitesse légale, la boîte automatique à dix rapports fait tomber l’aiguille du compte-tour à des régimes de ralenti, et c’est le couple de 530 Nm qui déplace l’auto. On y atteint alors des consommations dérisoires qui flirtent avec les 7l/100km !

Mais tourner « l’oreille » droite qui déborde de la casquette d’instrumentation pour passer en mode Sport, voire Sport +, sort le gros moteur de sa torpeur. Il offre alors un tempérament tout à fait différent : rageur dans ses montées en régime, il semble ne jamais s’essouffler, remettant un « coup de pied aux fesses » vers les 5.500 tr/min. Pas tout à fait aussi efficace qu’une pure sportive en conduite active, notamment dans ses mouvements de caisse et sa boîte, trop lente, cette LC500 fait néanmoins preuve de beaucoup de caractère et distille un plaisir de conduite pour le moins insoupçonné ! Mais évidemment dans ces conditions, la consommation s’envole, s’envole…

Verdict

 

Vous l’avez lu, les prestations routières sont donc à la hauteur de l’ambitieux tarif. Et à ce prix, l’équipement est ultra-complet. C’est bien simple : seules quelques couleurs de teinte extérieure sont proposées en option. Tout le reste est de série : cuir intégral de chez intégral (jusqu’aux pare-soleil !), multimédia connecté et installation audio Mark Levinson, sièges et volant chauffant, chauffe nuque, etc. Et bien sûr la capote électrique en toile qui se manœuvre en 15 secondes jusqu’à 50 km/h. Pas sûr toutefois que cela suffise à détourner les clients de modèles plus traditionnels. Et c’est tant mieux pour les acheteurs de cette LC500 !

Ses bons côtés

 

-        Polyvalence entre « cruising » et conduite sportive

-        Look de concept

-        Exclusivité assurée !

 

 

Lexus LC500 Cabrio

Longueur : 4,770 m

Largeur : 1,920 m

Hauteur : 1,350 m

Coffre : 149 l

Poids : 2 035 kg

Consommation moyenne : 11,72 l/100 km

Puissance : 464 ch

Couple : 530 Nm

Vitesse max : 270 km/h

Accélération (de 0 à 100 km/h) : 5 s

CO2 (WLTP) : 275 g/km

Prix de base : 131.100 €

Articles à la une

Vidéo


Veuillez accepter les cookies marketing pour voir les vidéos

 Ouvrir les préférences

Inscription à la newsletter

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter

Je m’inscris