Essai auto Ford Mustang Mach 1 : Il y a Mach et Mach…

il y a 2 sem. | Nicolas Morlet

Dans la gamme Ford, on trouve deux "Mustang Mach". Une qui termine par "e", l'autre par "1". Devinez laquelle on préfère…

Si vous êtes un tout petit peu au courant de ce qu'il se passe dans le monde de l'auto, vous savez que la Mach-e a fait hurler les passionnés, car elle associe le nom Mustang à… un SUV électrique. Remplacez le e par un 1, et les passionnés hurleront encore, mais de plaisir ! Car celle-ci est la descendante d'une lignée lancée en 1969.

 

Recette originelle

 

La Mustang, on ne la présente plus. Il faut en revanche être un peu connaisseur pour savoir qu'en 1969, Ford a réagi à la concurrence de plus en plus agressive de la Chevrolet Camaro (entre-autres) en proposant des versions plus méchantes de la légendaire Pony Car. Parmi celles-ci, la Mach 1, qui était la version la plus affûtée tant sur le plan mécanique que dynamique, avant de passer à des choses franchement furieuses. Cette description colle encore aujourd'hui parfaitement à la nouvelle Mach 1, Mustang la plus sportive jamais commercialisée officiellement en Europe.

Tout commence par une petite cure de vitamine dispensée au moteur V8 5 litres, qui passe de 449 ch dans la GT "classique" à 460 ch. "Comme dans la Bullit", réagissent les experts. Exact, mais ça ne s'arrête pas là. Ici, le moteur prend des régimes plus élevés, et les boîtes qui lui sont associées (manuelle 6 ou auto 10) ont été revues pour plus d'agressivité. Les ingénieurs ont aussi retravaillé l'aérodynamique pour générer plus d'appui. Mais surtout, il y a le châssis, qui reçoit des éléments empruntés à des versions non disponibles chez nous : la folle GT350 et la démentielle GT500. Le tout a été mis au point dans l'un des plus grands centres de test Ford au monde : Lommel, dans le Limbourg. En clair, la Mustang Mach 1 revendique en principe un comportement très sérieux, à la hauteur des exigences européennes.

Anti-bavaroise ?

 

Par bien des aspects, la Mustang Mach 1 nous rappelle une référence parmi les "sportives de tous les jours". Devinez : version boostée d'un coupé à l'âme sportive, moteur à l'avant, propulsion à l'arrière, boîte manuelle, 4 vraies places, mélange de confort au quotidien et de fun quand on est d'humeur joyeuse… La BMW M4 bien sûr, en version de base, pas en Competition. Pour nous, l'idée de base de ces voitures est la même, et certains ingrédients sont identiques. Bien sûr, l'habitacle Ford n'est pas premium, son badge est moins flatteur pour l'égo (quoique). Mais la Mustang a pour elle un côté plus authentique, plus pur. Car d'une part, son gros V8 respire sans turbo, et d'autre part, elle est moins ouvertement technologique.

Verdict

 

En effet, on a au volant une impression plus purement mécanique, à l'ancienne. Très clairement, ça se traduit par un raffinement moindre, et aussi par moins de communicativité et de précision que dans la BMW. Mais on s'en accommode vite tant la Mustang est généreuse en plaisir un peu puéril. Elle pousse fort, elle chante fort, elle tient le pavé comme il se doit, et elle se laisse en même temps facilement provoquer pour quelques glissades de l'arrière. Voiture du pays des donuts oblige ! Et même là, elle se fait toujours parfaitement comprendre pour rester sous contrôle. Et puis ceci : achetez la Mach 1, payez les énormes taxes, et vous serez toujours sous le prix de base de la M4. Sachez juste que la Ford se rattrapera copieusement à la pompe…

Note globale : 18/20

 

 

Ses points forts

 

Son V8 puissant et vocal

Ses sensations mécaniques assez pures

Son rapport prix/performances

 

 

Ford Mustang Mach 1

 

Longueur : 4,797 m

Largeur : 1,916 m

Hauteur : 1,382 m

Coffre : 408 l

Poids : 1.839 kg

Consommation moyenne : 12,4 l/100 km

Puissance : 460ch

Couple : 529Nm

Vitesse max : 267 km/h

Accélération (de 0 à 100 km/h) : 4,8 s

CO2 (WLTP) : 284 g/km

Prix de base : 61.150 TVAC

Articles à la une

Vidéo


Veuillez accepter les cookies marketing pour voir les vidéos

 Ouvrir les préférences

Inscription à la newsletter

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter

Je m’inscris