L’Allemagne s’oppose à l’interdiction de vente des moteurs thermiques décidée par l’Europe

il y a 1 mois | Nicolas Morlet

Validée par le Parlement européen voilà quelques jours seulement, l’interdiction de vente de véhicules neufs utilisant des carburants fossiles dès 2035 a déjà du plomb dans l’aile. L’Allemagne, par la voix de son ministre des finances, s’y oppose. Voilà qui promet encore de longues discussions sur le sujet.

Le ministre Christian Lindner souhaite conserver des dérogations pour un certain nombre de « niches », qui pourraient continuer à utiliser du pétrole au-delà de la date butoir du 1er janvier 2035. Cette demande va dans le même sens que l’exception surnommée « amendement Ferrari » qui permet aux constructeurs de luxe, ceux qui produisent moins de 10.000 voitures par an, de poursuivre la commercialisation de moteurs thermiques au moins un an de plus. La France pourrait également soutenir ses voisins, estimant la date trop proche et donc potentiellement dommageable pour son industrie automobile ; tandis que de son côté, la République Tchèque a déjà fait savoir qu’elle s’y opposerait aussi, son Premier Ministre n’hésitant pas qualifier de « fanatiques verts » les élus européens.

Vous l’aurez compris, les discussions s’annoncent pour le moins houleuses, alors qu’un nouveau vote au Conseil est prévu ce 28 juin.

Mots-clés: Mobilité
L’Allemagne s’oppose à l’interdiction de vente des moteurs thermiques décidée par l’Europe
Articles à la une

Vidéo


Veuillez accepter les cookies marketing pour voir les vidéos

 Ouvrir les préférences

Inscription à la newsletter

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter

Je m’inscris