L’Allemagne et la France en discussion pour protéger l’industrie automobile européenne

il y a 3 sem. | Nicolas Morlet

Le Président français Emmanuel Macron s’est entretenu avec son homologue allemand Olaf Scholz afin d’élaborer un plan visant à renforcer la compétitivité de l’industrie automobile européenne face à ses concurrents chinois et américains. Une réponse aux différentes mesures protectionnistes prises par ces deux pays.

A la manière des Etats-Unis, qui réservent désormais les primes d’aide à l’achat d’un véhicule électrique aux seuls modèles produits sur le sol américain, France et Allemagne souhaiteraient qu’il en soit de même en Europe pour les véhicules produits sur son territoire. Les choses pourraient donc changer rapidement, ne laissant plus l’Europe « ouverte à tous les vents » alors que « La Chine et les Etats-Unis protègent leur industrie » comme l’a déploré le Président Macron lors de son allocution sur France 2 la semaine dernière.

La décision du gouvernement de Joe Biden a semble-t-il été l’élément déclencheur dans le volte-face de l’Allemagne sur le sujet, jusqu’alors peu encline à toute mesure protectionniste afin de préserver les intérêts de ses constructeurs nationaux (surtout Volkswagen, BMW et Mercedes) sur les marchés chinois et américains, deux premiers marchés automobiles mondiaux.

Concrètement, une telle décision priverait de bonus les MG ZS EV, Polestar 2, BYD, ou même la Tesla Model 3 dans les 27 pays de l’Union européenne.

En Belgique toutefois, cela ne changerait pas grand-chose puisque les primes à l’achat sont tout simplement inexistantes.

Mots-clés: Mobilité
Articles à la une

Vidéo


Veuillez accepter les cookies marketing pour voir les vidéos

 Ouvrir les préférences

Inscription à la newsletter

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter

Je m’inscris