En Belgique, les amendes pour conduite en état d’ivresse sont les plus élevées d’Europe !

il y a 2 sem.

Une étude menée par le site Confused.com montre qu’on ne plaisante pas du tout avec l’alcool au volant dans notre pays, car les sanctions financières y sont les plus sévères en Europe.

L'alcool au volant est, de manière générale, une infraction extrêmement grave qui peut entraîner une lourde peine pour les contrevenants. Cependant, l’étude menée par le site Confused.com montre que certains pays sont plus stricts que d'autres en ce qui concerne les limites de teneur en alcool dans le sang. Bien que ce ne soit pas surprenant, des pays comme l'Afrique du Sud voient plus de la moitié (58 %) de leurs décès sur les routes attribués à la consommation d'alcool. En Europe, la majorité des pays ont harmonisé il y a quelques années leurs législations et sanctionnent les conducteurs qui sont contrôlés au-dessus de la limite des 0,5 g/l dans le sang. Dans le monde, c’est la Grande-Bretagne qui se distingue, car le montant des amendes en cas d’infraction est illimité. Mais en Europe, c’est la Belgique qui occupe la plus haute marche du podium, avec des sanctions allant jusqu’à… 12.000 € !

Cependant, en utilisant un classement par indice pour noter les amendes maximales, la limite maximale de suspension du permis de conduire et la peine de prison maximale appliquées par chaque pays aux conducteurs en état d'ivresse, l’enquête démontre que le Luxembourg est le pays européen dont les lois sont les plus strictes. Cela s’explique par le fait que la suspension maximale du permis est la plus élevée, avec une possibilité de 15 ans pour les récidivistes. A cet exercice, la Belgique se classe 10e. En Europe, seules la République tchèque, la Slovaquie et la Hongrie appliquent une tolérance 0 par rapport à l’alcool au volant, et figurent devant notre pays dans le tableau.

Mots-clés: Mobilité
Articles à la une

Vidéo


Veuillez accepter les cookies marketing pour voir les vidéos

 Ouvrir les préférences

Inscription à la newsletter

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter

Je m’inscris