Non, les Tesla « autonomes » ne le sont pas vraiment

il y a 1 mois | Nicolas Morlet

La voiture autonome sera vraisemblablement la prochaine révolution du monde automobile. Aujourd’hui toutefois, on en est encore bien loin, même si les constructeurs tentent de nous faire croire le contraire avec une communication parfois « borderline ». C’est le cas de Tesla, qui fait l’objet d’une plainte de l’administration californienne.

Le département des véhicules motorisés (DMV) de Californie a déposé plainte contre Tesla devant le tribunal de l’Etat le 28 juillet dernier. L’Administration reproche au constructeur local de tromper le public sur les capacités réelles de son assistant de conduite Autopilot. Tesla laisse en effet entendre que la version la plus aboutie du système pourrait se substituer au conducteur dans toutes les situations de conduite. Ce n’est pas le cas selon la DMV qui estime que « Les véhicules Tesla n’ont jamais pu, et ne peuvent pas aujourd’hui, fonctionner de manière autonome », propos relatés par le Los Angeles Times.

Cette communication « qui confère à ce système des capacités supérieures à ce qu’elles sont réellement » pourrait expliquer une partie des nombreux accidents imputés à l’Autopilot, qui valent déjà à Tesla plusieurs déboires judiciaires aux Etats-Unis et ailleurs dans le monde.

Mots-clés: Insolite Tesla
Non, les Tesla « autonomes » ne le sont pas vraiment

Notre sélection d'annonces

Articles à la une

Vidéo


Veuillez accepter les cookies marketing pour voir les vidéos

 Ouvrir les préférences

Inscription à la newsletter

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter

Je m’inscris