L’essai dynamique de Benoît Galand – Toyota GR86

il y a 1 mois

Quel panache ! Toyota, constructeur généraliste par excellence, propose au sein d’une gamme plutôt banale, bien que réputée pour sa fiabilité remarquable, quelques joyaux comme la Yaris GR et la GR86. Coup de loupe sur cette dernière, un coupé sportif comme on n’en fait plus !

À sa sortie en 2012, la Toyota GT86 avait déjà surpris. Le petit coupé 2+2 japonais avec transmission aux roues arrière dénotait déjà dans le paysage ambiant avec sa ligne quelque peu désuète mais tellement charmante. Rapidement, les aficionados du genre se sont précipités sur le bon de commande, avec le petit regret d’avoir en mains une voiture un peu sous-motorisée eu égard à son comportement routier au-dessus de tout soupçon et très joueur à la fois. Dix ans après, Toyota a remis le couvert avec cette version GR largement bonifiée. Le moteur tout d’abord : il s’agit toujours du fameux boxer 4 cylindres 16 soupapes d’origine Subaru, mais dont la cylindrée a été portée à 2,4 l par allongement de la course, avec des chiffres de puissance et surtout de couple en hausse : 234 chevaux au lieu de 200 et 250 Nm à 3.700 tr/m au lieu de 205 Nm à 6.600 tr/m sur la GT86.

La chasse aux kilos a été efficace : moins 10 kg – soit 1.200 kg sur la balance – avec un châssis dont la rigidité a largement été améliorée. Avec une meilleure répartition de poids et un centre de gravité encore un peu abaissé, la GR86 possède tous les atouts pour faire oublier la GT86. D’ailleurs, deux chiffres ne laissent planer aucun doute :  5,27 au lieu de 6,05 kg/ch et, par conséquent, 6,3 secondes au lieu de 7,6 secondes pour atteindre 100 km/h.

Joueuse et prévenante

La GR86 se distingue par un comportement sûr et diablement efficace. Bien aidé par une boîte aux rapports rapprochés, le moteur donne sa pleine mesure dès les bas régimes et sa poussée est ensuite linéaire jusque 7.000 tr/m. Du coup, la conduite se fait fluide avec un train avant engageant et un train arrière vissé au sol. L’équilibre général de la voiture, renforcé par une répartition de poids quasiment parfaite, est remarquable. Le rythme est élevé sans forcer et sans que les aides à la conduite – ABS et VSC (contrôle de stabilité) – ne doivent intervenir. De plus, la position de conduite, très reculée, et la forme du siège avant aident à bien ressentir le comportement de la voiture, en plus d’offrir un très bon niveau de confort. Les montées en régime du moteur boxer (cylindres à plat) se traduisent par un son franchement agréable qui participe au plaisir de conduite.

Le mode « Track » qui change l’affichage digital du tableau de bord et retarde l’entrée en action du VSC est là pour transcender ce plaisir. La GR86 est alors prête à en découdre sur la piste. Sur le tracé éprouvant du circuit espagnol de Monteblanco, la GR86 s’est révélée efficace et joueuse à la fois. Le freinage, puissant et progressif, la direction courte, le maniement très précis de la boîte et l’efficacité des Michelin Pilot Sport 4 de 18 pouces participent grandement au plaisir de conduire. Avec un couple disponible immédiatement, le dosage de l’accélérateur devient prépondérant pour éviter ou provoquer la perte d’adhérence du train arrière. Dans tous les cas de figure, le contrôle est facile et naturel pour celui qui a déjà goûté aux joies de la propulsion. Le différentiel Torsen assure une bonne motricité en toute circonstance… et permet de prolonger la glisse du train arrière si nécessaire… ou désiré ! Le système VSC est totalement déconnectable si besoin… pour les aficionados du drift ! Confirmation sur la piste du Centre de Maîtrise du Volant, avec une propension naturelle à prolonger la « glisse » à souhait avec en plus un train avant qui garde son pouvoir directionnel ! Jouissif !

Conclusion

Franchement, voilà une belle réussite d’autant que quelques petits détails esthétiques renforcent le côté séduisant de ce coupé japonais. Un peu plus basse (10 mm) et avec un empattement rallongé de 5 mm, la GR86 renforce ce côté trapu et agressif qui lui sied si bien.

Les prix débutent à 34.600 € TVAC pour la GR86 boîte manuelle. La version GR86 Sport vaut 37.030 € et propose les roues de 18 pouces avec les Michelin Pilot Sport 4 et quelques détails cosmétiques sans réelle importance.

Mots-clés: Essais auto Toyota
Articles à la une

Vidéo


Veuillez accepter les cookies marketing pour voir les vidéos

 Ouvrir les préférences

Inscription à la newsletter

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter

Je m’inscris