Essai auto Peugeot 3008 : double dose d’électricité

il y a 2 mois | Nicolas Morlet

Le Peugeot 3008 se repoudre le nez pour célébrer ses quatre ans d’existence déjà. Et derrière le masque, le SUV français en profite également pour renforcer son offre électrifiée.

Avec l’arrivée successive des 508, 208 et 2008, il était temps pour le 3008 de se remettre dans le coup esthétiquement, lui qui avait insufflé le nouveau style Peugeot voilà quatre ans. C’est donc chose faite, avec une face avant qui adopte les bandeaux à LED verticaux dans le bouclier, affichant dès lors la nouvelle signature lumineuse de la marque. L’ensemble de la face avant s’en trouve métamorphosée, grâce aussi à la nouvelle calandre qui se dilue dans le pare-chocs. Une face avant qu’arbore également le Peugeot 5008, variante XXL de ce 3008. A cela s’ajoute deux nouvelles teintes, des feux arrière désormais full-LED, des jantes de 19 pouces au dessin inédit et un Black Pack qui bascule tous les chromes en noir.

Les changements sont aussi succincts dans l’habitacle, qui n’avait il est vrai nul besoin de grand chamboulement. On retrouve donc le poste de conduite i-Cockpit, caractérisé par le petit volant et un nombre restreint de commandes physiques, avec son lot d’avantages et de désagréments. Le principal changement concerne l’adoption d’un combiné d’instrumentation numérique de 12,3 pouces face au conducteur, bizarrement dépourvu de l’affichage 3D apparu sur le 2008. L’équipement fait aussi un petit bond en avant, avec l’apparition de l’assistant de vision de nuit, du régulateur de vitesse avec fonction stop & go (pour les bouchons) et l’assistant au maintien de voie.

Deux hybrides

Côté mécanique, la principale nouveauté est l’arrivée d’une seconde version hybride rechargeable de 225 ch. Celle-ci ne dispose que d’un seul moteur électrique placé à l’avant, et n’offre donc pas de transmission intégrale, contrairement à la version de 300 ch essayée qui dispose d’un second moteur sur l’essieu arrière. Dans les deux cas, la batterie est identique (13,2 kWh) et la version la plus puissante s’offre le luxe de pouvoir parcourir 3km de plus que sa petite sœur en mode 100% électrique (59 km contre 56 km).

Sur la route, le 3008 n’a rien perdu de son dynamisme. Le châssis et la direction offrent toujours un ressenti assez engageant, et la puissance combinée offre de vraies performances : 5,9 secondes suffisent à passer de 0 à 100 km/h. Pas mal ! 

Verdict

Avec ses 300 chevaux et son châssis toujours agréablement incisif, le 3008 Hybrid4 confirme son statut de porte-étendard du modèle. Certes, la transition entre les moteurs électriques et thermiques pourrait parfois être moins perceptible, mais l’agrément est bien présent. On s’étonne d’ailleurs qu’avec l’arrivée d’une version hybride plus modeste, Peugeot ne l’ait pas érigé en version GTi ou Peugeot Sport Engineered en exacerbant ses aspects sportifs. A moins que la marque nous réserve une surprise dans les mois à venir ? Reste qu’elle fait payer ses plaisirs assez chers : à partir de 45.006€, soit près de 5.000€ de plus que la version 225 ch !

Ses bons côtés

- Son style rafraichi toujours séduisant
- Sa puissance et son comportement routier dynamique
- Son autonomie électrique convaincante

Peugeot 3008 Hybrid4

Longueur : 4,447 m
Largeur : 1,841 m
Hauteur : 1,620 m
Coffre : 395 l
Poids : 1 840 kg
Consommation moyenne : 1,3 l/100km
Cylindrée : 1 598 cc
Puissance : 300 ch à 6 000 trs/min
Couple : 520 Nm à 3 000 trs/min
Vitesse max : 235 km/h
Accélération (de 0 à 100 km/h) : 5,9 s
Emissions CO2 (WLTP) : 31 g/km
Prix de base : 45 006€

Mots-clés: Essais auto
Articles à la une

Vidéo


Veuillez accepter les cookies marketing pour voir les vidéos

 Ouvrir les préférences

Inscription à la newsletter

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter

Je m’inscris