Essai Volkswagen Amarok - Juste un Ford Ranger déguisé ?

il y a 3 sem. | Nicolas Morlet

La seconde génération d’Amarok partage désormais ses dessous avec le leader incontesté du segment en Europe, le Ford Ranger. Un fait rare, Volkswagen aimant faire les choses seul habituellement. Du coup, parvient-il à se distinguer suffisamment de son leader de clone pour afficher sa propre personnalité ? Verdict…

De prime abord, on peut déjà dire que la gémellité technique entre les deux pick-up ne transparait pas à l’extérieur. L’Amarok affiche son style personnel, avec une face avant solidement empreinte du design Volkswagen. Impossible de le confondre avec son cousin. Le nom du modèle est même embouti en toutes lettres dans la ridelle. Le nouvel Amarok gagne près de 10 cm pour porter sa longueur totale à 5,35 mètres. Un gain opéré au profit de l’espace à bord et de la sécurité, puisque les dimensions de la benne restent peu ou prou identiques. Deux europalettes y prennent toujours place, ou jusqu’à 1.160 kg de chargement.

Si l’Amarok était déjà l’un des plus prévenants de la catégorie avec ses occupants, la nouvelle génération pousse le curseur encore un peu plus loin. La qualité de matériaux progresse et offre un vrai sentiment haut de gamme, sur notre finition Aventura en tout cas. Et à part le grand écran de 12 pouces disposé verticalement, on n’a jamais l’impression d’être à bord du Ranger. Bien joué !

Plus doué que jamais

Si la gamme du Ford Ranger est coiffée de la délirante version sportive Raptor, l’Amarok, lui ne conserve que les moteurs turbo diesels les plus sages, mais néanmoins musclés : 2 litres 205ch ou 3 litres 240ch V6. Des moteurs associés d’office à une boîte automatique à 10 rapports et à une transmission intégrale enclenchable. Il est donc possible de rouler la plupart du temps en deux roues motrices (propulsion) et de switcher vers le 4x4 lorsque les conditions l’imposent. Alors – et plus encore en recourant aux divers systèmes dédiés au tout-terrain (verrouillage de différentiels, modes de conduite qui s’adaptent à la nature du terrain, aide à la descente…) –, l’Amarok se montre bien plus capable que son prédécesseur hors du bitume. Les utilisateurs les plus exigeants apprécieront !

Verdict

À 49.045€ HTVA (59.344€ TVAC), l’Amarok n’est certes pas donné. Mais il est sans conteste l’un des plus généreux en termes d’équipements et de confort sur son segment. Le V6 essayé apporte beaucoup de douceur et des performances rassurantes en toutes conditions, tout comme la tenue de route, qui n’a plus grand-chose de l’image « utilitaire » qu’on peut avoir de ce genre d’engin. Seules quelques petites trépidations des suspensions peuvent perturber les suspensions sur route dégradée. Mais pas de quoi entraver l’excellent niveau de confort du pick-up allemand.

Ses bons côtés

  • Son look typiquement Volkswagen, clairement différencié du Ranger
  • Son habitacle confortable, spacieux et richement équipé (sur Aventura)
  • Ses capacités utiles intactes et ses aptitudes tout-terrain renforcées.

Volkswagen Amarok V6

  • Longueur : 5,350 m
  • Largeur : 1,910 m
  • Hauteur : 1,751 m
  • Charge utile : 1.160 kg
  • Cylindrée : 2 993 cc
  • Puissance : 240 ch
  • Couple : 600 Nm
  • Vitesse Max : 190 km/h
  • Accélération (de 0 à100 km/h) : 8,8 sec.
  • Consommation moyenne (WLTP) : 10,2 l/100km
  • CO2 (WLTP) : 267 g/km
  • Prix : 59.344 € TVAC
Articles à la une

Vidéo


Veuillez accepter les cookies marketing pour voir les vidéos

 Ouvrir les préférences

Inscription à la newsletter

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter

Je m’inscris