Essai VW Taigo : pour le style

il y a 3 sem.

Il y a les baskets pour le sport, et il y a les baskets pour le style. Les SUV coupé, c'est pareil, et le nouveau VW Taigo est plutôt de la deuxième catégorie.

Ce n'est que depuis peu que le SUV Coupé se fait "popu" grâce aux constructeurs généralistes, avec le Renault Arkana en ouverture de bal, sans jamais la moindre prétention sportive. Nouvel exemple avec le dernier né des SUV Volkswagen : le Taigo, qui est vraiment "une basket pour le style". Traits fluides, ligne de toit plongeante, face avant réussie, surtout dans les versions qui reçoivent le bandeau lumineux qui traverse toute la calandre : le véhicule a de l'allure ! Particulièrement quand on l'habille d'autre chose que de gris métal, et qu'on le chausse de jolies jantes.

Raisonnable

Vous verrez par ailleurs que le Taigo est effectivement populaire, car il vise une clientèle qui, outre le style, veut de la place pour toute la famille, mais sans se ruiner, ni à l'achat, ni en taxes, ni à la pompe. Il est par exemple plus long que le best-seller T-Roc (4,26 m) donc plus habitable, notamment aux places arrière. Il est aussi plus bas, donc plus élancé et plus évocateur de quelque chose de dynamique. Mais ne comptez pas sur une onéreuse version "R" qui justifierait pleinement cette allure engageante : le Taigo ne sera proposé qu'avec des mécaniques essence très raisonnables de 95, 110 ou 150 ch.

Complet

Côté équipement, le Taigo ne fait l'impasse sur quasiment rien, avec un combiné d'instruments numérique, un système multimédia connecté très complet et une belle liste d'aides à la conduite. Le modèle est même l'un des très rares a recevoir un airbag central à l'avant. Avec tout cela et malgré sa taille supérieure, le Taigo est un peu moins cher qu'un T-Roc à équipement et motorisation comparable. Comment l'expliquer ? Par une qualité de finition légèrement moins flatteuse. VW a certes répondu aux critiques adressées au T-Cross en utilisant du plastique moussé sur le haut de la planche de bord. Mais partout ailleurs, c'est dur, plutôt creux, et on imagine qu'à l'arrière, des enfants pas trop soigneux ne tarderont pas à copieusement rayer tout ça. Mais bon, on sait pour quoi on paie, et aussi ce qu'on ne paie pas.

Verdict

Sur la route, le VW Taigo est un véhicule qui s'inscrit parfaitement dans les standards centraux de la marque. Comprenez qu'il fait son travail comme un excellent soldat, sans se faire remarquer. Il roule bien, il est sécurisant, il inspire confiance. Mention spéciale aussi pour le confort en général, et les sièges en particulier, très agréables. Cela étant, vous lisez entre les lignes que le Taigo ne provoque pas d'émotion particulière à la conduite. Il n'a pas été conçu pour, donc on ne le lui reproche pas. C'est juste histoire de vous prévenir que son look n'est pas le reflet de son comportement. Le VW Taigo est déjà en concessions, au prix de départ de 24.215€.

Ses points forts :

-          Son style quand on prend soin de bien l'habiller

-          Son habitabilité familiale

-          Son confort général

Le VW Taigo 110 DSG

Longueur : 4,266 m

Largeur : 1,757 m

Hauteur : 1,515 m

Coffre : 440 – 1.222 l

Poids : 1 260 kg

Consommation moyenne : 5,9 l/100 km

Puissance : 110 ch

Couple : 200 Nm

Vitesse max : 191 km/h

Accélération (de 0 à 100 km/h) : 10,9 s

CO2 (WLTP) : 133 g/km

Prix de base : 26 600 TVAC

Mots-clés: Essais auto Volkswagen
Essai VW Taigo : pour le style

Notre sélection d'annonces

Articles à la une

Vidéo


Veuillez accepter les cookies marketing pour voir les vidéos

 Ouvrir les préférences

Inscription à la newsletter

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter

Je m’inscris