Essai Suzuki Vitara Strong Hybrid : la relativité des mots

il y a 1 mois

Suzuki lance la version "Strong Hybrid" de son Vitara. Strong, ça veut dire fort. Mais comme tout est relatif, mieux vaut vous expliquer par rapport à quoi ce nouveau système hybride est fort.

Mais d'abord, avouons une erreur de notre part. Il y a quelques mois, Suzuki ajoutait à sa gamme le break compact hybride Swace et le SUV familial hybride plug-In Across. Avec eux, apparaissaient des exemples tangibles du partenariat étroit qui unit Suzuki et Toyota, puisque les deux modèles sont en fait une Corolla et un Rav4 plus ou moins profondément redessinés. Du coup, quand Suzuki a annoncé l'arrivée prochaine d'un Vitara équipé d'un moteur 1.5 litres hybride, nous en avons conclu un peu trop rapidement qu'il s'agirait là aussi d'un système Toyota. En fait, pas du tout.

"Home Made"

Suzuki a développé son propre système. Il repose sur un nouveau moteur essence 1.5 litres, secondé par un moteur-générateur électrique et par une batterie de 840 Wh. Suzuki a donc baptisé cet ensemble "Strong Hybrid", et c'est là qu'il convient de relativiser. Ce que le constructeur veut dire, c'est que ce système est "strong" par rapport au micro-hybride 48V déjà disponible dans le Vitara. C'est un "full hybrid", auto-rechargeable comme on dit maintenant, assez costaud pour assurer de nombreuses phases de roulage en mode électrique. En clair, ne prenez pas ce "Strong" comme l'annonce de performances musclées, car avec une puissance cumulée de 115 ch, ce Vitara est plutôt d'un tempérament calme.

Cela dit, il y a ce truc typiquement Suzuki, qui compense en partie cette puissance modeste : la légèreté. Le Vitara hybride n'accuse en effet que 1,3 tonne à la pesée, ce qui est franchement remarquable. C'est pour ça qu'au volant de chaque modèle de la marque, on a invariablement l'impression d'avoir plus de pêche que ce que dit la fiche technique. C'est pour ça aussi que toutes les Suzuki sont déjà du genre économique à la base, et ne peuvent l'être que plus une fois électrifiées.

Sur la route, le Vitara hybride reste donc raisonnablement énergique, bien aidé par la boîte automatique (et non CVT comme chez Toyota) associée au moteur. Il n'arrache certes pas le bitume à chaque reprise, mais son agilité et la qualité de son châssis ne vous oblige pas à trop ralentir au moindre enchainement de virages.

Verdict

Ce Vitara Strong Hybrid à une raison d’être : l'aspect économique. Entre phases 100% électriques, régénération et appétit manifestement mesuré du moteur, le bilan est parlant : 5,3 l/100 km de moyenne pendant l'essai, pile le chiffre officiel. Alors que nous ne sommes pas passés par la ville, où le système aurait été encore mieux exploité. A tous les coups, cet engin y fera moins de 5 litres, si "on sait faire". Alors certes, dedans comme dehors, le Vitara commence à difficilement cacher ses 7-8 ans. Ça n'enlève rien aux qualités environnementales de ce nouveau système hybride, qui n'a pas à rougir face à une production Toyota.

Ses bons côtés :

- Son efficacité énergétique

- Sa légèreté et son agrément de conduite

- Son prix intéressant

Suzuki Vitara Strong Hybrid

Longueur : 4,175 m

Largeur : 1,775 m

Hauteur :1,610 m

Volume du coffre : 289-1 046 litres

Consommation moyenne (WLTP) : 5,3l/100km

Puissance : 115 ch

Couple : 138 Nm

Vitesse Max : 180 km/h

Accélération (de 0 à100 km/h) : 12,7 sec.

CO2 (WLTP) : 121 g/km

Prix de base : 27 849€

Mots-clés: Essais auto Suzuki
Essai Suzuki Vitara Strong Hybrid : la relativité des mots
Articles à la une

Vidéo


Veuillez accepter les cookies marketing pour voir les vidéos

 Ouvrir les préférences

Inscription à la newsletter

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter

Je m’inscris