Essai Renault Austral - Le 3008 au losange

il y a 1 mois | Stephane Monsin

Si les Captur, Megane E-Tech Electric ou encore la Clio sont de gros succès pour Renault, cela n’a jamais été le cas du Kadjar, pourtant inscrit dans le segment le plus en vogue du marché européen. Le constructeur veut changer la donner avec l’Austral, et enfin batailler avec les meilleurs.

Pour le style extérieur, Renault semble clairement s’être inspiré de ce qui se vend le mieux sur le segment : le Peugeot 3008. Il adopte les mêmes épaules musclées, le même regard perçant, les feux arrière haut-placés ou encore le pavillon de couleur contrastante. L’ensemble se veut plus dynamique et ambitieux que ne l’était le Kadjar. Il inaugure en outre la finition Esprit Alpine, qui tente de faire le lien avec la marque sportive du groupe. Mais cela reste du marketing et des habillages (badges Alpine, inserts bleutés…) qui n’influent en rien sur les performances et le châssis.

A bord, l’Austral affiche la même modernité que la Megane E-Tech Electric. L’habitacle fait la part belle aux écrans, et reçoit l’affichage des informations dans le pare-brise. L’écran central disposé verticalement fait partie des meilleures combinaisons du moment, même par rapport à certaines marques premiums, grâce au système d’exploitation Google réactif et ergonomique. Par ailleurs, les matériaux sont de qualité et les ajustements précis. L’habitabilité arrière comme le coffre (430-555 l) sont dans la bonne norme du segment.

Hybrides pour tous

Comme l’Arkana, et plus généralement dans la tendance actuelle, l’Austral ne propose plus de moteur diesel. Tous les moteurs sont assistés d’un moteur électrique à des degrés divers. Hybrides légers 12V (1.3l 140 ou 160 ch) et 48V (1.2l 130ch), ou un tout nouveau « vrai » hybride 1.2 qui développe 160 ou 200 chevaux selon la version choisie ! Détail amusant, ces dernières se font appeler « Australe » pour souligner leur côté électrifié. En revanche, pas de version hybride rechargeable ni même électrique à l’horizon, Renault préférant faire des choix pragmatiques pour offrir le plus de chances à son modèle, et conserver un prix aussi accessible que possible ; à partir de 31.800€.

Verdict

Avec l’Austral, Renault s’offre une nouvelle chance sur le segment crucial des C-SUV. Plus avenant, mieux construit et très moderne dans sa technologie embarquée, il se montre aussi plus agréable sur la route. Il peut notamment recevoir un essieu arrière directionnel pour améliorer encore son tempérament routier à orientation dynamique. Un caractère qui se marie bien avec le nouveau moteur 1.2 hybrid 200ch. Seule la boîte de vitesses manquant cruellement de progressivité nous à surpris, laissant un « trou » d’une à deux secondes avant d’envoyer la puissance lorsqu’on met pied au plancher. Un petit défaut qui sera corrigé pour les premiers exemplaires clients nous a-t-on promis.

Ses bons côtés :

  • Son habitacle bien fini aux matériaux de qualité
  • Sa tenue de route étonnante associée à un bon niveau de confort
  • Sa modularité

Renault Austral E-Tech 200 Esprit Alpine

  • Longueur : 4,510 m
  • Largeur : 1.843 m
  • Hauteur :1,618 m
  • Volume du coffre : 430-555 l
  • Cylindrée : 1.199 cc
  • Puissance : 309 ch
  • Couple : 205 Nm
  • Vitesse Max : 180 km/h
  • Accélération (de 0 à100 km/h) : 8,4 sec.
  • Consommation moyenne (WLTP) : 4,6 l/100km
  • CO2 (WLTP) : 109 g/km
  • Prix : 44.200€ TVAC
Mots-clés: Essais auto Renault
Articles à la une

Vidéo


Veuillez accepter les cookies marketing pour voir les vidéos

 Ouvrir les préférences

Inscription à la newsletter

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter

Je m’inscris