Essai Range Rover : le roi reste roi

il y a 1 mois

L’instigateur des SUV que tout le monde s’arrache aujourd’hui, c’est lui. Lancé en 1970, le Range Rover a introduit un nouveau type de véhicule : le tout-terrain qui associait à ses aspects pratiques une facette luxueuse et confortable. Et la nouvelle génération fait à nouveau office de référence incontestée.

Cette cinquième génération de Range Rover sera la dernière à rouler dans nos contrées avec des mécaniques conventionnelles. Et il y en aura pour tout le monde : trois diesels, de l'essence à hybridation légère, mais aussi des plug-in, en attendant l’arrivée d’une version 100% électrique d’ici deux ans.

C'est à bord d'une version diesel « d'entrée de gamme », un 3 litres de 248 chevaux, que nous sommes partis pour un très long essai, et nous avons immédiatement retrouvé ces qualités qu'offre le Range Rover de génération en génération : un confort de rêve, dans tous ses aspects. Comme l'isolation acoustique, si poussée qu'on peut chuchoter avec les autres passagers. Land Rover ne s'est épargné aucun effort. Dans les appuie-têtes par exemple, il y a les haut-parleurs d'un système de suppression de bruit, comparable à la technologie de ces casques audios qui gomment les bruits de l'extérieur, et qui est ici destiné à faire taire tout bruit parasite. Mais il y a aussi le confort proprement dit, avec des sièges absolument remarquables, que l'on quitte sans fatigue après 1.000 km. Et enfin, il y a l'amortissement pneumatique piloté électroniquement, qui équipe en série tous les Range Rover, et leur assure une stabilité parfaite dans les virages rapides, tout en filtrant la moindre irrégularité de la route.

Tout-terrain pour tous

Tout ce luxe ne doit pas faire oublier ce dont est capable un Range hors du bitume. Neige, boue, eau : il se joue de tout. Avancer dans un gué de 90 cm ? Pas de souci ! Il peut monter ou descendre des pentes à 45°, qu'importe qu'elles soient couvertes de boue collante ou de gros cailloux impitoyables. Et cette génération relève encore le niveau ! Il y a tant d'aides à la conduite pour réaliser ce genre d'exercices, qu'il n'est plus nécessaire d'être un connaisseur aguerri pour crapahuter en hors-piste. Quiconque sans la moindre expérience peut se lancer, la voiture fait à peu près tout toute seule !

Verdict

Le Range Rover est toujours un must absolu en matière de confort et de luxe. Et avec ses nouvelles aides électroniques, il met aujourd'hui l'expérience de la conduite 4x4 à la portée de tous. A cela s’ajoute un design de sculpture parfaite de métal poli qui est, à notre avis, une pure réussite ! La finition intérieure est telle qu'on l'attend d'un Range Rover : topissime. Raffinement et classe à l'état pur. A la demande, on peut même agrémenter l'habitacle d'éléments en céramique. Et pour la première fois, il est même possible de rouler à 7 à bord, à condition de choisir la carrosserie longue (5,25 m), ce qui demandera une rallonge conséquente aux 128.500€ de base.

Ses bons côtés :

- Son niveau de confort exceptionnel

- Son sentiment de luxe omniprésent

- Ses capacités off-road sans comparaison

Range Rover D250

Longueur : 5,052 m

Largeur : 2,047 m

Hauteur :1,870 m

Volume du coffre : 818 litres

Consommation moyenne (WLTP) : 7,6l/100km

Puissance : 248 ch

Couple : 600 Nm

Vitesse Max : 248 km/h

Accélération (de 0 à100 km/h) : 8,3 sec.

CO2 (WLTP) : 198 g/km

Prix de base : 128.500 € TVAC

Mots-clés: Essais auto Land Rover
Essai Range Rover : le roi reste roi
Articles à la une

Vidéo


Veuillez accepter les cookies marketing pour voir les vidéos

 Ouvrir les préférences

Inscription à la newsletter

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter

Je m’inscris