Essai Peugeot 508 Peugeot Sport Engineered : une hybride dédiée au plaisir !

il y a 3 sem.

Avec sa 508 Peugeot Sport Engineered - ou PSE pour faire court – Peugeot ouvre un nouveau chapitre de son histoire, celui de la « néo-performance », ou l’incarnation de la sportivité automobile à l’heure de l’électrification. Une bonne raison de nous réjouir ?

 

Annoncée sous forme de concept au Salon de Genève 2019 puis passée brièvement entre nos mains au stade final de sa conception pour nous faire saliver un peu plus, la Peugeot 508 PSE arrive désormais en concessions. Du concept, elle conserve tout : le style musclé, la calandre agressive singeant des crocs, le diffuseur arrière encadrant deux sorties d’échappement de diamètre généreux, et même les petites ailettes au bas des boucliers et bas de caisse. Sans oublier bien sûr les détails jaune Kryptonite. Pour l’heure, cette 508 PSE est tout simplement la Peugeot de route la plus puissante jamais produite. Elle puise ses 360 chevaux dans un moteur 1.6l essence de 200 ch assorti de deux moteurs électriques : l’un de 81 kW (110 ch) placé à l’avant, l’autre de 83 kW (113 ch) placé sur l’essieu arrière. Quant à la batterie de 11,8 kWh, elle assure 42 km en mode 100% électrique.

 

 

Rivée à la route

Mais son but premier n’est pas là : cette 508 a été conçue pour la performance. C’est donc en mode Sport qu’elle s’apprécie avant tout, ce dernier étant le seul à délivrer la pleine puissance, réduite à 330 ch environ sur les autres modes. Mais surtout, la gestion de l’énergie a été spécialement étudiée pour conserver un minimum de charge dans la batterie pour profiter de tous les chevaux en permanence. Et ces étalons sont bien dressés ! L’instantanéité des moteurs électriques offre une réactivité immédiate à chaque pression de l’accélérateur, rapidement rejointe par la cavalerie thermique pour fournir une poussée longue et linéaire. Mais le plus parlant, c’est l’efficacité globale de la voiture. Malgré l’asphalte détrempé lors de notre essai, jamais la motricité n’a été prise en défaut. Le fait d’avoir un moteur supplémentaire à l’arrière apporte aussi un sentiment de stabilité supplémentaire, on sent réellement la poussée provenant de l’essieu postérieur qui permet à cette grande Peugeot d’enrouler les courbes avec une aisance remarquable. Les ingénieurs ont toutefois pensé aux pilotes plus joueurs, avec un ESP qui laisse de belles largesses au pilotage en mode sport, mais il faudra alors pousser la voiture dans ses retranchements pour le constater, tant les limites semblent lointaines.

 

 

Verdict

Avec cette Peugeot 508 PSE, Peugeot montre que la passion n’est pas morte, et que l’avenir ne se cantonnera pas à surveiller sa jauge d’autonomie ! Cette 508 est vraiment enthousiasmante à conduire sportivement, et parfaitement compatible avec un usage quotidien. Reste qu’à 67.850€ en berline et 69.850€ en break (car oui, elle est disponible aussi sous cette carrosserie) elle est loin d’être donnée. Heureusement sa déductibilité fiscale maximale devrait l’aider à trouver preneur chez les professionnels, de même que son économie d’usage pour ceux qui prendront soin de la charger comme il se doit. Ceux-là ne regretteront pas leur choix, on peut le certifier !

 

 

VOUS AUSSI VOUS VOULEZ TESTER CETTE VOITURE ?

 

 

 

Ses bons côtés

- Sa motricité et son efficacité globale remarquable
- Sa puissance et la gestion intelligente de l’énergie
- Son habitabilité intacte qui en fait une vraie familiale

Note : 18/20

 

 

Peugeot 508 Peugeot Sport Engineered

Longueur : 4 750 m
Largeur : 1 906 m
Hauteur : 1 404 m
Coffre : 487 l
Poids : 1 850 kg
Consommation moyenne : 2,03 l/100km (WLTP)
Cylindrée : 1 598cc
Puissance : 360 ch à 6 000 trs/min
Couple : 520 Nm à 3 000 trs/min
Vitesse max : 250 km/h
Accélération (de 0 à 100 km/h) : 5,2 s
Emissions CO2 (WLTP) : 46 g/km
Prix de base : 67 850€ 

 

 

Mots-clés: Essais auto Peugeot
Pages concernant Peugeot
Articles à la une

Vidéo


Veuillez accepter les cookies marketing pour voir les vidéos

 Ouvrir les préférences

Inscription à la newsletter

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter

Je m’inscris