Essai Opel Astra Sportstourer hybride rechargeable : une cousine bien désirable

il y a 1 mois | Nicolas Morlet

Le break, c’est une véritable institution chez Opel. La nouvelle Astra ne déroge donc pas à la tradition et s’offre une carrosserie familiale associée pour la première fois à une motorisation hybride rechargeable. Une combinaison intéressante...

L’Opel Astra change radicalement pour sa sixième génération, tant sur le fond que sur la forme. Concernant cette dernière, le nouveau modèle se fait bien plus anguleux, plus musclé, que celui qu’il remplace. L’avant est caractérisé par son ensemble phares-calandre noire baptisé Vizor, signe de reconnaissance des dernières Opel, tandis que l’arrière reprend les feux de la berline et se distingue par un large hayon qui abaisse le seuil de chargement à 60 cm seulement (une des meilleures valeurs de la catégorie). Le profil est identique à celui de la berline jusqu’aux portes arrière, mais profite d’un allongement de l’empattement (distance entre les roues avant et arrière) de 5,7 cm, et porte sa longueur totale à 4,64 mètres. De quoi rendre l’habitacle très généreux derrière les passagers arrière, avec un volume utile de 548 litres sur notre modèle d’essai hybride, et jusqu’à 608 litres sur les versions essence et diesel, avec en prime un plancher repositionnable.

L’habitacle est toujours agréable à vivre, avec son double écran et ses quelques touches de raccourci joliment intégrées au tableau de bord. Les passagers seront également ravis de profiter de sièges très confortables - avalisés par l’organisme de santé du dos allemand (AGR) -, d’un système multimédia connecté aux smartphones ou encore d’un volant chauffant pour le conducteur.

Axée confort

Sur le fond aussi, l’Astra est donc inédite. Opel étant désormais intégré à Stellantis, l’allemande est une cousine technique de la nouvelle Peugeot 308. A ce titre, elle n’est proposée qu’avec un seul moteur essence décliné en 110 ou 130 chevaux, et un diesel 130ch, et fait de l’hybridation ses fers de lance. Deux niveaux de puissance sont proposés : 180 ou 225 chevaux. La plus modeste des deux s’avère bien suffisante pour un usage classique et sécurisant. Associant un 1,6 litre 150ch à un moteur électrique 110ch, elle permet de rouler sans émission durant une cinquantaine de kilomètres grâce à sa batterie de 12,4 kWh. 

Verdict

Cette Opel Astra hybride 180ch s’avère sans doute le meilleur choix de la gamme. Suffisamment puissante avec ou sans le renfort du moteur électrique, elle procure un véritable confort de marche et d’amortissement. Et un silence royal règne à bord, même lorsque le moteur essence se met en route, celui-ci faisant preuve d’une réelle discrétion. Un modèle qui devrait s’imposer comme un best-seller chez les professionnels et dans les entreprises grâce à ses rejets officiels de CO2 de 26 g/km (1,1l/100km) seulement, qui garantissent une belle déductibilité fiscale. En revanche, les particuliers seront sans doute refroidis par un prix de base relativement élevé : à partir de 39.750€ TVAC.

Ses bons cotés

  • Son vaste coffre, même si l’hybridation coûte une soixantaine de litres utiles
  • Son confort de marche, tant en amortissement, qu’en confort acoustique
  • Sa motorisation hybride efficace

Opel Astra Sportstourer Hybrid 180

  • Longueur : 4,642 m
  • Largeur : 2,062 m
  • Hauteur :1,443 m
  • Volume du coffre : 548 – 1.574
  • Consommation moyenne (WLTP) : 1 – 1,1 l/100km
  • Cylindrée : 1.598 cc
  • Puissance : 180 ch
  • Couple : 360 Nm
  • Vitesse Max : 225 km/h (135 km/h en électrique)
  • Accélération (de 0 à100 km/h) : 7,6 sec.
  • CO2 (WLTP) : 24 - 26 g/km
  • Prix de base : 39.750€ TVAC
Mots-clés: Essais auto Opel
Essai Opel Astra Sportstourer hybride rechargeable : une cousine bien désirable
Articles à la une

Vidéo


Veuillez accepter les cookies marketing pour voir les vidéos

 Ouvrir les préférences

Inscription à la newsletter

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter

Je m’inscris