Essai Nio ET7 : Chinoise ambitieuse à louer

il y a 1 mois | Nicolas Morlet

Les Chinois ne proposent pas que des voitures abordables. La jeune marque Nio opte sans complexe pour un positionnement haut de gamme. Avec une approche commerciale particulière : l’ET7, son premier modèle, est proposé chez nous exclusivement sur abonnement, sans possibilité d’achat.

Après un lancement en Norvège, le constructeur de Shanghai a décidé de conquérir le reste de l’Europe avec des autos très technologiques, luxueuses et… chères. Sont prévues à court terme une berline moyenne supérieure, un grand SUV et cette ET7, limousine aussi grande qu’une Mercedes Classe S et presqu’aussi luxueuse, premier modèle à débarquer chez nous.

L’habitacle est habillé des désormais incontournables matériaux « éco-chics » dans un style minimaliste très tendance. Tellement minimaliste d’ailleurs qu’on ne trouve même pas de boîte à gants ! Nio pense qu’un éclairage de toutes les couleurs nous le fera oublier. Et, dans le cas contraire, Nomi vous distraira. Nomi ? Un personnage virtuel qui est une bonne partie de l’interface du système multimédia. On peut lui parler et il peut vous regarder, ce qui est malheureusement source de distraction pour le conducteur. Quant à savoir si l’on est bien installé dans l’ET7 : oui, du moins à l’avant. A l’arrière, la position est un poil trop couchée et les genoux sont relevés. Quant au coffre, il n’épate pas, ni par son volume, ni par son ouverture plutôt étriquée.

Performances et grande autonomie

Côté technique, il n’y a que des bonnes choses. D’abord, une suspension pneumatique. A hauteur variable et amortisseurs pilotés, elle apporte un confort ouaté et un contrôle parfait des mouvements de caisse. Tout aussi impressionnant : les performances. L’ET7 distribue 653 chevaux sur les quatre roues. De quoi abattre le 0 à 100 km/h en 3,8 secondes et atteindre 200 km/h en pointe. Deux batteries sont proposées : 75 ou 100 kWh. Sur papier, la première annonce 445 km d’autonomie et la seconde 580 km. Plus tard, arrivera même une 150 kWh. En pratique, nous avons relevé une conso d’un peu plus de 20 kWh/100km alors que nous avions lâché les chevaux sur autoroute.

Verdict

Si la Nio ET7 est plutôt frugale à l’usage, ce n’est pas le cas côté portefeuille. Chez Nio, il n’y a pas de clients, mais des « utilisateurs », qui devront débourser environ 1.300€ par mois si l’on en croit les tarifs pratiqués chez nos voisins néerlandais. Ah oui, quand-même ! Et nul doute que la facture grimpera encore avec un abonnement plus flexible ou de plus grandes batteries. Alors bien sûr, le constructeur avance un dernier argument : la possibilité d’interchanger les batteries en 5 petites minutes dans des stations dédiées pour ne pas avoir à charger en route. Sauf que chez nous, ces stations… n’existent tout simplement pas (encore).

Ses bons côtés :

  • Ses suspensions sophistiquées qui procurent un excellent confort
  • Sa consommation bien maîtrisée, même sur autoroute
  • Ses nombreux gadgets amusants… mais sources de distraction

La Nio ET7 en chiffres :

  • Longueur : 5,101 m
  • Largeur : 1,987 m
  • Hauteur : 1,509 m
  • Coffre : N.C.
  • Poids : 2 359 kg
  • Batterie : 75 kWh (nets)
  • Puissance : 480 kW/653 ch
  • Couple : 850 Nm
  • Consommation moyenne : 19,3-22,3 l/100km
  • Autonomie : 385-445 km WLTP
  • Vitesse max : 200 km/h
  • Accélération (de 0 à 100 km/h) : 3,8 s
  • Loyer mensuel : 1.300€ (estimation)
Mots-clés: Essais auto
Articles à la une

Vidéo


Veuillez accepter les cookies marketing pour voir les vidéos

 Ouvrir les préférences

Inscription à la newsletter

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter

Je m’inscris