Essai Mercedes-AMG SL : l’étoile plus brillante que jamais !

il y a 22 h

Du haut de ses 70 ans d’histoire, la Mercedes SL est une véritable institution roulante. Une institution que la nouvelle génération porte à un niveau inédit, et à laquelle se voient confiées de nouvelles attributions.

La nouvelle SL se voit confier « de facto » la succession de l’AMG GT Roadster. Elle a d’ailleurs été conçue par AMG, le département sportif de la marque, preuve de sa nouvelle orientation, bien plus sportive qu’auparavant. Et les ingénieurs n’ont pas lésiné sur les innovations : la SL adopte une nouvelle structure en aluminium, et un aérodynamisme au meilleur niveau de la catégorie grâce notamment à des ailettes mobiles derrière la calandre et le pare-choc avant pour améliorer le guidage du flux d’air. Bien sûr, dans un souci de gain de poids, elle retrouve la capote en toile qui faisait défaut aux deux précédentes générations, tombées sous le charme du toit rigide escamotable, « must-have » de la précédente décennie. 16 secondes suffisent à passer au grand air, jusqu’à 60 km/h.

Plus étonnant, elle reprend aussi son architecture 4 places disparue à la fin des années 2000. Mais les places arrière sont à réserver à des personnes de moins d’1,5 m. A bord, l’ambiance est à la simplicité toute relative. Le tableau de bord est plutôt minimaliste, et l’ensemble des fonctions passe par le superbe écran central de 11,9 pouces. Sa particularité est d’être inclinable selon un angle de 12 à 32 degrés pour conserver une lisibilité parfaite même en plein soleil. Et face au conducteur, l’instrumentation est numérique, personnalisable selon des thèmes spécifiquement développés pour la SL, et là encore, d’une excellente lisibilité.

Un V8, deux caractères

Mais le cœur de la SL, c’est bien son moteur V8 4.0l Biturbo. C’est lui qui équipe les SL 55 et SL 63 proposées au lancement, avec 476 ch pour la première, 585 ch pour la seconde. Une différence qui se traduit sur la route par des performances à peine moins franches (3,9 secondes au lieu de 3,6 pour passer de 0 à 100 km/h), mais par un caractère finalement assez différent, la 55 paraissant en toutes conditions plus civilisée que la 63. Toutes deux sont dotées de quatre roues motrices – une première pour le modèle – mais surtout de quatre roues directrices. Deux artifices qui rendent la SL résolument efficace sur la route, mais surtout incroyablement agile !

Verdict

Sportive en diable, cette SL reprend sa place de sportive dans la gamme Mercedes, tout en conservant cette prestance de grand tourisme qui a fait la renommée de la lignée. Sa technologie de haut niveau la rend aussi agile qu’un petit coupé sur route sinueuse en dépit de ses 4,70 m et de ses 1.970 kg. Et aussi confortable qu’une routière grâce à son ingénieux système de suspensions hydrauliques qui agit indépendamment sur chacune des roues. Et avec l’excellente protection au vent des occupants et le dispositif chauffe-nuque Airscarf, on peut profiter du doux chant de son V8 en toutes saisons. Mais à quel prix ? Pour l’heure mystère…

Ses bons côtés

-          Son efficacité routière et son confort

-          Sa sportivité et son agilité absolument bluffante

-          Sa technologie au top

Mercedes-AMG SL 63 4Matic+

Longueur : 4,705 m

Largeur : 1,915 m

Hauteur : 1,353 m

Coffre : 240-213 l

Poids : 1.970 kg

Consommation moyenne : 11,8 l/100 km

Puissance : 585 ch

Couple : 800 Nm

Vitesse max : 315 km/h

Accélération (de 0 à 100 km/h) : 3,9 s

CO2 (WLTP) : 268 g/km

Prix de base : NC

Mots-clés: Essais auto Mercedes
Essai Mercedes-AMG SL : l’étoile plus brillante que jamais !
Articles à la une

Vidéo


Veuillez accepter les cookies marketing pour voir les vidéos

 Ouvrir les préférences

Inscription à la newsletter

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter

Je m’inscris