Essai Lexus RX - Supplément d’âme

il y a 1 sem. | Nicolas Morlet

Le nouveau Lexus RX veut sortir de son rôle d’outsider sur le segment des grands SUV premiums. Désormais, il veut être de ceux qui comptent, et s’en donne les moyens. Avec toujours cette touche typiquement Lexus qui le rend si différent de ses concurrents.

Sans changer ses dimensions, le nouveau Lexus RX se fait plus élancé que son devancier, grâce notamment aux roues rejetées un peu plus dans les coins. Son nouveau museau avant - sans arêtes définies entre la calandre et le bouclier - et le bandeau lumineux sur toute la largeur à l’arrière apportent une personnalité toujours aussi affirmée. Elle est en même temps moins clivante que par le passé, ce qui jouera sûrement en sa faveur.

A bord, tout reste très propret, et la qualité de fabrication fait un joli bond en avant. Les plastiques sont majoritairement moussés, les habillages ont un rendu agréable, et l’ergonomie est au rendez-vous. A l’exception peut-être du système multimédia alambiqué. Il est toutefois piloté par un écran réactif d’une excellente définition. Et face à lui, le conducteur a droit à un tableau de bord numérique doublé d’un afficheur tête-haute. Rien ne manque donc à l’avant, ni à l’arrière où l’espace aux jambes et à la tête reste excellent, et où le coffre de 612 litres est toujours très pratique.

Le choix des armes

Le RX sera désormais proposé en trois motorisations. Point de diesel évidemment, mais bien d’intéressantes propositions hybrides très différentes. Le 350h est un hybride classique « autorechargeable » de 250 chevaux tel qu’on les connait habituellement chez Lexus. Tout le savoir-faire du constructeur est porté à son paroxysme sur ce nouveau modèle en matière de douceur et de gestion de l’énergie. Les montées en régime désagréables de la boîte CVT disparaissent, et le système multiplie aisément les phases de roulage en électrique, même sur voie rapide. A l’autre bout du spectre, on trouve le 500h, une inédite déclinaison sportive du grand SUV japonais. Celui-ci adopte plusieurs solutions inédites pour la marque tel qu’un moteur turbo hybride de 371 chevaux, associé à une boîte de vitesses à 6 rapports et même… des roues arrière directrices. L’agilité et les performances sont donc au rendez-vous.

Verdict

En proposant trois motorisations, le RX en offre pour tous les goûts. Mais le plus répandu chez nous sera assurément le 450h+, le premier RX hybride rechargeable. Il offre non-seulement une déductibilité intéressante pour les professionnels, mais aussi 65 km d’autonomie électrique (45-50 durant notre essai) et 309 chevaux qui le rendent presque aussi performant que le 500h ! Et quelle que soit la motorisation retenue, le RX fait du confort de marche son véritable atout, que ce soit en termes d’amortissement ou d’insonorisation. Une vraie différenciation, à l’heure où la plupart des concurrents (BMW X5, Mercedes GLE…) se raidissent sous couvert du dynamisme de conduite.

Ses bons côtés :

  • Son confort de marche et son insonorisation
  • Son équipement généreux, de série ou en option
  • Sa consommation réelle contenue sur toutes les versions

Lexus RX 450h+

  • Longueur : 4,890 m
  • Largeur : 1.920 m
  • Hauteur :1,695 m
  • Volume du coffre : 612 l
  • Cylindrée : 2.487 cc
  • Puissance : 309 ch
  • Couple :  572 Nm
  • Vitesse Max : 200 km/h
  • Accélération (de 0 à100 km/h) : 6,5 sec.
  • Autonomie électrique (WLTP) : 65 km
  • Consommation moyenne (WLTP) : 1,1 – 1,2 l/100km
  • CO2 (WLTP) : 24-26 g/km
  • Prix (Finition Executive Line) : 87.040€ TVAC
Mots-clés: Essais auto Lexus RX
Essai Lexus RX - Supplément d’âme
Articles à la une

Vidéo


Veuillez accepter les cookies marketing pour voir les vidéos

 Ouvrir les préférences

Inscription à la newsletter

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter

Je m’inscris