Essai Jeep Avenger : arme de conquête

il y a 1 mois | Nicolas Morlet

Jeep dévoile le plus petit modèle de son histoire : l’Avenger. Un modèle spécialement taillé pour l’Europe, qui est aussi le premier à être propulsé exclusivement par une motorisation électrique… du moins en Belgique.

Avec ses 4,08 mètres de long, la Jeep Avenger est l’un des modèles les plus compacts du segment B-SUV. Un VW T-Cross par exemple mesure 4,11 mètres, tandis qu’un Peugeot 2008 atteint déjà 4,30 mètres ! Une compacité qui en fait un choix à privilégier pour les citadins par exemple, qui apprécieront sa maniabilité. Mais cette compacité ne se fait pas au détriment de l’habitabilité : quatre adultes peuvent prendre place à bord, et le coffre de 380 litres reste pleinement exploitable. L’habitacle est évidemment épuré, comme sur toute électrique actuelle, mais se distingue par le joli bandeau rappelant la couleur extérieure qui égaye l’ambiance pour peu que vous ayez choisi une teinte un peu « flashy ». Dommage en revanche que l’ensemble soit majoritairement composé de plastiques durs aux assemblages pas toujours précis. Quant à l’extérieur, le style pleinement « Jeep », à commencer par la calandre à 7 ouvertures caractéristique du constructeur, devrait attirer pas mal de monde en concessions.

Une électrique confortable

Fruit du groupe Stellantis (l’Avenger partage sa base technique avec la Peugeot 208 !), l’Avenger est dotée du groupe motopropulseur électrique des e-308 et autres Astra Electric. Le moteur 156ch est branché sur une batterie de 54 KWh qui annonce près de 400 km d’autonomie, et même jusqu’à 550 en ville. Une batterie dont la charge passe en outre de 10 à 80 % en 24 minutes seulement.

Sur la route, on est surpris par le côté étonnamment « premium » du petit SUV. Les suspensions assez souples permettent de conserver un bon niveau de confort à bord. Un avantage de la masse relativement contenue de la Jeep – 1.536 kg –, qui a permis de ne pas raffermir exagérément l’amortissement pour contrer le poids des batteries, et qui participe aussi à l’excellent feeling du châssis et de la direction. En revanche, elle n’existe pour le moment qu’en version deux roues motrices : étonnant pour une marque qui a bâti sa légende sur le tout-terrain. Dommage aussi qu’elle ne soit pas proposée en version essence, alors que c’est le cas en Italie et en Espagne.

Verdict

Joliment dessinée, habitable et agréable sur la route, cette Jeep Avenger nous a indubitablement séduits. Ce n’est d’ailleurs certainement pas par hasard qu’elle figure parmi les finalistes du prix européen de la Voiture de l’Année qui sera décerné à Bruxelles le 13 janvier prochain. Reste que comme toutes les électriques, elle ne sera pas à la portée de toutes les bourses : la version de lancement s’affiche à 39.500€, avant l’arrivée d’une finition d’entrée de gamme 10.000€ moins cher. Un tarif qui la rendra toujours plus chère qu’une Renegade 4xe Hybride rechargeable, qui pourrait être sa concurrente la plus encombrante. En tout cas jusqu’en juillet prochain, quand seules les électriques seront encore entièrement déductibles fiscalement par les entreprises.

Ses bons côtés

  • Son style en adéquation avec les autres modèles
  • Son agrément de conduite et son confort
  • Son rapport encombrement/habitabilité

Jeep Avenger 1st Edition

  • Longueur : 4,080 m
  • Largeur : 1,778 m
  • Hauteur : 1,528 m
  • Coffre : 380 l
  • Poids : 1 536 kg
  • Batterie : 51 kWh (nets)
  • Puissance : 115 kW/156 ch
  • Couple : 260 Nm
  • Consommation moyenne : 15,8 kWh/100 km
  • Autonomie : 392 km WLTP
  • Vitesse max : 150 km/h
  • Accélération (de 0 à 100 km/h) : 9 s
  • Prix de base : 39 500 €
Mots-clés: Essais auto Jeep
Articles à la une

Vidéo


Veuillez accepter les cookies marketing pour voir les vidéos

 Ouvrir les préférences

Inscription à la newsletter

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter

Je m’inscris