Essai Hyundai Ioniq 5 : le choix de la différence

il y a 1 sem.

Pour ses véhicules électrifiés, Hyundai vient de créer une nouvelle gamme appelée Ioniq. Premier modèle issu de ce renouveau, la Ioniq 5 bouscule les codes établis et entend apporter quelque chose de nouveau.

Avec sa ligne rétro qui fait penser à la Lancia Delta ou à la Fiat 127 des années 80, la Hyundai Ioniq 5 désarçonne autant qu’elle fascine. Très moderne, elle fait preuve d'élégance tout en bousculant les codes stylistiques établis chez Hyundai, avec des lignes à la fois simples et subtiles. Même si on dirait une berline, il s’agit en fait d’un crossover qui est plus grand qu’il n’y paraît : 14 cm plus longue que le Tucson, la Ioniq 5 est aussi haute que ce dernier. Plutôt costaude donc, elle profite d’un grand empattement de 3 m pour proposer un espace intérieur royal, jamais vu dans un véhicule de ce segment. A l’instar de sa robe, l’habitacle se veut très design, à commencer par la planche de bord horizontale dont la présentation est inspirée par l’ameublement. On apprécie la console centrale qui peut se déplacer d’avant en arrière, ainsi que les sièges avant qui peuvent se transformer en relax dans les versions haut-de-gamme, un accessoire idéal lorsqu’on patiente à la station de chargement ! Puisqu’on est dans les gadgets remarquables, on peut également évoquer le système V2L, qui propose entre autres une prise de courant située à l’extérieur de la voiture. Histoire d’utiliser l’énergie de la voiture pour charger un vélo, par exemple. Dans cet univers qui flatte les sens, seuls les plastiques recyclés des panneaux de portes sont décevants par leur côté bon marché et leur vulnérabilité aux griffes.

Charge 800V

Pour son lancement, Hyundai propose la Ioniq 5 avec 3 mécaniques différentes : en entrée de gamme, elle dispose d’un seul moteur de 170 ch et d’une batterie de 58 kWh. Ensuite vient la version qui, selon l’importateur belge, sera la plus vendue, avec un moteur de 218 ch et une batterie de 73 kWh. Enfin, dans quelques semaines arrivera une version de pointe, disposant de 2 moteurs d’une puissance cumulée de 306 ch et équipée d’une batterie de 73 kWh également. La bonne nouvelle, c’est que la Ioniq 5 est équipée de la recharge 800V, uniquement proposée sur les Porsche Taycan et Audi e-tron GT, deux modèles bien plus chers. Grâce à ce dispositif, la berline peut être rechargée de 10 à 80% en seulement 18 minutes sur une borne rapide !

Verdict

Lors de notre essai, nous avons pu prendre le volant de la version intermédiaire développant 218 ch. Dès les premiers kilomètres, la Ioniq 5 se montre extrêmement confortable grâce à ses suspensions souples, ses sièges cosy et son insonorisation poussée. On s’y sent tellement bien qu’on a envie de rouler « zen » pour profiter de l’instant présent ! Tout à fait suffisante, la mécanique emmène cette lourde auto (1.910 kg à vide) avec brio si l’on appuie sur le champignon. Cependant, lorsqu’on joue la carte de l’éco conduite, la moyenne baisse facilement 15 kWh/100 km, à condition d’éviter les autoroutes où l’on se situe plutôt à 20 kWh/100 km à 120 km/h. Si l’on considère ses nombreuses qualités et son prix de base de 45.599 € (49.429 € en 218 ch), la Ioniq 5 devrait faire beaucoup de mal à la concurrence !

Ses bons côtés

Son look original

Son espace intérieur

Son confort général

 

Hyundai Ioniq 5

Longueur : 4,63 m

Largeur : 1,89 m

Hauteur : 1,60 m

Coffre :  531 l

Poids : 1.910 kg

Consommation moyenne : 16,8-17,9 kWh/100km

Puissance : 218ch

Couple : 350Nm

Vitesse max : 185 km/h

Accélération (de 0 à 100 km/h) : 7,4s

Emissions CO2 (WLTP) : 0 g/km

Prix de base : 49.429 €

 

Légendes :

La Ioniq 5 arbore un look singulier inspiré par les années 80

Très originaux les feux LED rectangulaires participent pour beaucoup à la personnalité de la voiture.

Grâce à son grand empattement, la Ioniq 5 est incroyablement spacieuse.

Mots-clés: Essais auto Hyundai
Articles à la une

Vidéo


Veuillez accepter les cookies marketing pour voir les vidéos

 Ouvrir les préférences

Inscription à la newsletter

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter

Je m’inscris