Essai DS 7 restylé : Un peu plus près des étoiles

il y a 1 mois | Nicolas Morlet

Jeune cadre dans l’univers codifié des marques premium, le DS7 corrige certains défauts de jeunesse pour mieux endosser le costume haute couture qu’attendent ses clients. Cela passe par un chic « à la française » plus affirmé, et par une nouvelle version haut de gamme hybride rechargeable décomplexée.

En tant que porte-étendard de la gamme DS, difficile pour les clients du SUV 7 d’accepter une technologie moins avancée que celle de la nouvelle DS 4. Le constructeur n’a donc pas tardé à lui apporter le supplément technologique nécessaire, et en profité pour lui repoudrer le nez. Un relooking où tout se joue dans les détails, mais qui apporte une vraie prestance supplémentaire au haut de gamme français. Les phares ont désormais recours à des pixels lumineux, et les LED verticaux à l’avant sont véritablement fondus dans le bouclier.

L’habitacle change de manière plus évidente, avec son écran qui s’agrandit à 12,3 pouces et pilote un nouveau système multimédia. Baptisé Iris, il est bien plus ergonomique et réactif que le précédent !

L’habitabilité ne change guère, et reste bien généreuse pour toute la famille, véritablement baignée dans un univers de luxe où le soin apporté aux détails et aux matériaux a encore progressé. L’exemple le plus marquant est sans doute le volant tendu de cuir surpiqué à la main !

3 hybrides, 1 diesel

Si le moteur diesel 1.5 BlueHDI 130ch est toujours proposé, l’offre de motorisations s’articule désormais autour des différentes variantes hybrides rechargeables. Les E-Tense 225 et 300 chevaux reçoivent une nouvelle batterie qui porte leur autonomie jusqu’à 65 km. Et une inédite version dynamisée de 360 chevaux coiffe désormais la gamme. Une puissance procurée par le moteur essence associé à deux moteurs électriques qui, au passage, dotent le modèle de quatre roues motrices. Ainsi paré, le DS 7 bombe le torse face aux concurrents allemands. D’autant qu’il se révèle être une excellente surprise sur la route, où il fait montre de beaucoup d’efficacité et d’une conduite plutôt engageante pour un SUV de cette taille. En tout cas tant que la batterie sera suffisamment chargée pour disposer de toute la puissance.

Verdict

Plus soigné que jamais, le DS 7 – qui perd l’appellation Crossback – mérite sans conteste que l’on s’y intéresse, dans son segment très encombré. Avec un atout que personne ne lui contestera : son confort ! L’amortissement offert par les suspensions, absolument royal en toutes circonstances, est porté à un palier encore supérieur sur le mode de conduite Confort, où une caméra analyse l’état de la chaussée devant la voiture et adapte le filtrage en temps réel. De quoi en faire une véritable référence en la matière ! Reste que si le tarif de base de 43.300€ est plutôt attractif compte tenu de l’équipement, la version E-Tense 360 essayée restera une rareté pour amateur éclairé, eu égard à son prix : 65.400€ !

Ses bons côtés :

  • Son habitacle soigné et très bien construit
  • Sa version 360ch étonnamment dynamique
  • Son confort bien au-dessus de la concurrence

DS 7 E-Tense 360 4x4

  • Longueur : 4,573 m
  • Largeur : 2,098 m
  • Hauteur : 1,621 m
  • Volume du coffre : 628 l
  • Cylindrée : 1 598 cc
  • Puissance : 360 ch
  • Couple : 300 Nm
  • Vitesse Max : 235 km/h
  • Accélération (de 0 à100 km/h) : 5,6 sec.
  • Consommation moyenne (WLTP) : 1,8-2,7 l/100km
  • CO2 (WLTP) : 40 g/km
  • Prix : 65.400 € TVAC
Mots-clés: Essais auto DS
Essai DS 7 restylé : Un peu plus près des étoiles
Articles à la une

Vidéo


Veuillez accepter les cookies marketing pour voir les vidéos

 Ouvrir les préférences

Inscription à la newsletter

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter

Je m’inscris