Essai BMW iX : un nouveau chapitre

il y a 1 mois

BMW l’annonce, son iX marque le début d’une nouvelle ère, tant sur le plan du style que de la technique. Une démonstration étonnante du savoir-faire électrifié de la marque.

Vous avez été choqué en découvrant les premiers clichés du BMW iX voilà près d’un an ? C’est bien normal, et c’est une volonté assumée de BMW, qui souhaite faire de cet iX le porte-voix de son ambition de devenir l’un des leaders de la mobilité électrique. Passé l’effet de surprise, on se rend compte que ce SUV est plus grand qu’il n’y parait. Du long de ses 4,59 m, il est plus imposant qu’un X5, et son empattement de 3 mètres s’approche de celui d’un X7. Cet espace généreux entre les essieux est la promesse d’une habitabilité royale à bord, surtout à l’arrière. Les places y sont d’autant plus confortables que la banquette, conçue dans un esprit de canapé, se montre moelleuse et bien dessinée. Et derrière les passagers, 500 litres de bagages peuvent encore prendre place.

Les sièges avant sont tout aussi confortables, et l’impression d’espace est renforcée par le meuble de bord flottant au style parfaitement épuré. D’une diagonale 14,9 pouces, l’écran principal est intégré dans un panneau incurvé partagé avec la dalle de 12,3 pouces dédiée à l’instrumentation numérique. Et le tout est évidemment hautement personnalisable selon les envies de chacun, et mémorisable.

Comportement BMW

Deux versions seront proposées au lancement : xDrive 40 de 326 ch et xDrive 50 de 523 ch. C’est cette dernière que nous avons eue à l’essai. Une déclinaison qui tire sa puissance de deux moteurs électriques situés sur chacun des essieux, et lui apporte des performances bluffantes au regard des 2,510 kg : 4,6 secondes suffisent à passer de 0 à 100 km/h ! Mais ce qui épate encore plus, c’est l’agilité déconcertante du grand SUV. On ne parlera pas de sportivité, mais la répartition efficace de la puissance et du couple et les quatre roues directrices optionnelles dont était doté notre exemplaire d’essai lui confèrent un réel dynamisme. Les suspensions pneumatiques, elles aussi malheureusement en option, rendent la voiture stable sur ses appuis, peu sujette au roulis. Mais cela se paye un peu en matière de confort d’amortissement, plutôt ferme, surtout en combinaison avec les énormes jantes de 22 pouces.

 

Verdict

Vous l’aurez compris, cet iX démontre tout le savoir-faire de BMW en matière d’électrification. Et si son style divise, ses prestations routières le placent au sommet de son segment. D’autant que BMW annonce 549 à 630 km en cycle WLTP pour cet iX 50 grâce à son énorme batterie de 105,2 kWh, soit 19,8 à 23 kWh/100km de consommation électrique normalisée. Des chiffres tout à fait réalistes puisque lors de notre essai, sans ménager la batterie, nous avons relevé 22,5 kWh. De quoi envisager d’approcher les 600 km entre chaque recharge ! Mais tout cela a un prix, forcément très élevé : à partir de 97.950€ pour cet xDrive 50, soit tout de même 16.750€ de plus que l’iX xDrive 40.

Ses bons côtés

-          Son habitacle spacieux et bien construit

-          Son agilité insoupçonnée

-          Son autonomie réelle prometteuse

 

BMW iX xDrive 50

Longueur : 4,953 m

Largeur : 1,967 m

Hauteur : 1,696 m

Coffre : 500 – 1.750l

Poids : 1 510 kg

Puissance : 523 ch

Couple : 765 Nm

Vitesse max : 200 km/h

Accélération (de 0 à 100 km/h) : 4,6 s

Autonomie WLTP : 630 km

Prix de base : 97.950€

Mots-clés: Essais auto BMW
Articles à la une

Vidéo


Veuillez accepter les cookies marketing pour voir les vidéos

 Ouvrir les préférences

Inscription à la newsletter

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter

Je m’inscris