Essai BMW i7 : la plus silencieuse et spacieuse des limousines

il y a 2 mois | Stephane Monsin

Après Mercedes avec son EQS, c’est au tour de BMW de se lancer sur le segment des longues berlines électriques avec la i7. Encore un engin de luxe impayable ? Oui. Mais elle amène de belles innovations que nous tenions absolument à vous faire découvrir.

Le nouveau style adopté par BMW fait couler beaucoup d’encre et divise. Le visage affiché par la nouvelle famille Série 7 n’y fait pas exception. Mais il y a tellement de choses à partager concernant cette i7 que nous avons préféré ne pas nous attarder sur le chapitre stylistique. Retenez simplement ceci : cette longue berline de près de 5,4 mètres de long a principalement été pensée pour plaire en Chine et aux USA. Une chose est sûre : les doubles naseaux ne passent vraiment pas inaperçus, d’autant plus quand leurs contours sont rétroéclairés…

Comme au théâtre…

À l’intérieur aussi, cette nouvelle Série 7 (qu’elle soit électrique ou non) veut en mettre plein la vue. Il est possible d’opter pour un énorme écran 8K de 31’’ à l’arrière (4.900€). Chez BMW, ils appellent ça le « Theatre screen » : autrement dit, vous êtes comme au théâtre ou au cinéma, mais avec encore plus de confort. Car, oui, on se souvient encore du moelleux des sièges et de la position arrière droite allongée « Lounge seating », optionnelle, à 2.400 €. Toujours à l’arrière, au niveau des poignées de porte, on commande tout via ce qui ressemble à un mini-smartphone.

À l’avant, rien à redire concernant l’ergonomie : sur ce modèle, BMW a gardé la molette iDrive sur le tunnel central et les commandes au volant sont assez intuitives. Ce qui nous a moins convaincus, ce sont les portes entièrement automatiques optionnelles : en pressant sur le bouton de la poignée (ou en utilisant le smartphone qui sert de clé !), les portes s’ouvrent en grand, toutes seules. C’est impressionnant mais ça ne fonctionne pas toujours parfaitement (la porte stoppe net si elle détecte une ombre, par exemple) et surtout, quand on veut ouvrir la porte manuellement, on sent la résistance très désagréable du système d’ouverture automatique.

La BMW i7 xDrive 60 est une quatre roues motrices, avec deux moteurs électriques (un par essieu), de 400 kW (544 ch). Son autonomie maximale s’élève à 625 km. C’est moins que chez Mercedes, avec la plus efficace des EQS, mais la i7 offre davantage d’espace à l’arrière.

Verdict 

Malgré son poids conséquent (2.640 kg), elle offre un comportement routier digne d’une BMW. Ses suspensions pneumatiques adaptatives font un travail remarquable. Avec 400 kW, elle ne manque pas de punch, comme en témoigne le 0 à 100 km/h abattu en 4,7 secondes (une version encore plus puissante arrivera en 2023 !). Le tout, dans un confort exemplaire et un silence relaxant. Et bien sûr, pendant la recharge (en situation optimale, l’i7 récupère 170 km d’autonomie en 10 minutes), les passagers apprécieront le « Theatre screen ». Il s’agit véritablement d’un majestueux carrosse sans émissions à l’échappement pour les patrons d’entreprise ou autres stars capables de dépenser minimum 137.900 €

Ses bons côtés :

  • Ses innovations (écran de cinéma, portes automatiques, etc.)
  • Le confort offert (surtout aux passagers arrière)
  • Son comportement digne d’une BMW

BMW i7 xDrive 60

  • Longueur : 5,391 m
  • Largeur : 1,950 m
  • Hauteur : 1,544 m
  • Coffre : 500 l
  • Poids : 2.640 kg
  • Batterie : 101,7 kWh (nets)
  • Puissance : 400 kW/544 ch
  • Couple : 745 Nm
  • Consommation moyenne : 18,4-19,6 kWh/100 km
  • Autonomie : 591 - 625 km WLTP
  • Vitesse max : 240 km/h
  • Accélération (de 0 à 100 km/h) : 4,7 s
  • Prix de base : 137.900 €
Mots-clés: Essais auto BMW
Essai BMW i7 : la plus silencieuse et spacieuse des limousines
Articles à la une

Vidéo


Veuillez accepter les cookies marketing pour voir les vidéos

 Ouvrir les préférences

Inscription à la newsletter

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter

Je m’inscris