Essai Audi S3 : S comme… dynamique, pas sportive

il y a 2 mois | Nicolas Morlet

Disons-le d’emblée quitte à nous fâcher avec les amoureux de la marque : si vous voulez une Audi A3 sportive, il faudra attendre la future RS3...

... Car cette nouvelle S3 semble plus que jamais jouer dans un autre registre, celui de la polyvalence. Aussi indiquée pour un usage quotidien que pour l’amusement du week-end, au risque de devoir faire des compromis.

 

Avec sa calandre en nid d’abeille et son pack Shadow Look (remplaçant tous les chromes par du noir brillant) qui soulignent ses traits musclés, l’Audi S3 en impose côté style. Les suspensions abaissées de 15 mm la rendent encore plus râblée et virile que les autres A3, et les quatre embouts d’échappement viennent apporter la touche finale à l’exclusivité du modèle. Pas de doute, en termes de prestance, la compacte sait y faire ! Et l’habitacle est dans la même veine, différent de celui d’une simple A3 par ses sièges baquets sport au maintien excellent, tendus de cuir à croisillons surpiqués d’un superbe effet en option, et d’un volant sport siglé S.

 

 

Rigueur germanique

Techniquement, cette S3 reprend la recette de la précédente génération. Le moteur 2.0 TFSI affiche 310 chevaux, transmis à la route par une boîte automatique S-Tronic 7 rapports et la transmission intégrale Quattro (4 roues motrices) fournie de série, marque de fabrique des Audi « S ». Dans les faits, c’est dans les hautes rotations et en adoptant une conduite vraiment musclée, mode Sport activé, qu’il faut aller chercher le plaisir de cette S3, qui pousse de manière très linéaire et s’accroche au bitume avec une hargne qui semble pardonner tout éventuel excès. Les chiffres parlent d’ailleurs d’eux-mêmes : 4,8 secondes suffisent à passer de l’arrêt à 100 km/h. Les performances sont donc bien réelles, mais la direction sans ressenti, la boîte aux changements de rapports effacés, ou l’amortissement trop filtrant déconnectent trop le conducteur de la route pour offrir un feeling réellement engageant.

Vous conviendrez aussi que ce type de conduite s’applique plus aux sorties du week-end sur les routes sinueuses que pour aller déposer les enfants à l’école. Dans ce dernier cas, la S3 parvient à rester très docile et confortable même, mais ne dégage alors rien de plus qu’une A3 « normale ».

 

 

Verdict

Soyons clairs, cette S3 est une formidable machine qui rendra heureux celui qui cherche un bon compromis entre confort et sécurité pour les déplacements quotidiens et puissance efficace pour s’amuser lorsque l’occasion se présente. Mais pour le premier usage, elle se montrera assez gourmande (plus de 9l/100km lors de notre essai) et pour le second, trop aseptisée en sensations de conduite réelles. A vous de décider si vous êtes prêts à quelques concessions selon votre profil d’utilisation. Et alors, prêts à signer un chèque option comprises largement supérieur aux 48.360€ de base.

Ses bons côtés

- Ses performances pures et son efficacité
- La multiplicité de ses usages, entre confort et dynamisme
- Sa technologie embarquée au top

Sa note : 15/20

 

 

Audi S3 Sportback

Longueur : 4 351 m
Largeur : 1 816 m
Hauteur : 1 438 m
Coffre : 325 l
Poids : 1 575 kg
Consommation moyenne : 7,4 l/100km (WLTP)
Cylindrée : 1 984cc
Puissance : 310 ch de 5 450 à 6 500 trs/min
Couple : 400 Nm de 2 000 à 5 450 trs/min
Vitesse max : 250 km/h
Accélération (de 0 à 100 km/h) : 4,8 s
Emissions CO2 (WLTP) : 170 g/km
Prix de base : 48 360,01€ 

Mots-clés: Essais auto
Articles à la une

Vidéo


Veuillez accepter les cookies marketing pour voir les vidéos

 Ouvrir les préférences

Inscription à la newsletter

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter

Je m’inscris