Intermot 2022 - Une star et quelques étoiles

il y a 2 mois

Avec un fort taux d’absentéisme, ce premier Salon de la saison montre un changement dans la volonté de certaines marques de communiquer autrement sur leurs produits. Même BMW n’avait pas effectué le déplacement de Munich à Cologne.

Piqûre

Apparue sur notre continent en 1988, la Honda CB600F Hornet a rencontré un vif succès durant plus d’une décennie au gré de ses modifications, son moteur 4 cylindres et son style roadster n’apportant que satisfaction à ses utilisateurs convaincus, à raison, de l’extrême fiabilité de leur engin. Les temps changent et s’il n’est plus possible pour un constructeur de proposer un moteur 4 cylindres à moindre coût, Honda réussit cependant à proposer avec cette ultime version de la CB 750 Hornet une naked bike bien dessinée où un bicylindre de 92 chevaux remplace le 4 cylindres d’autrefois à puissance quasi similaire (96 ch pour la 600). Avec ses 190 kg et sa hauteur de selle de 795 mm, cette « new » Hornet devrait se laisser dompter facilement par tous et toutes. La sécurité n’est pas en reste avec 4 modes de conduite, de multiples assistances et un écran TFT de 5 pouces de bonne conception. Pour ne rien gâcher, cette CB 750 Hornet sera affichée chez nous à 7.799 €. Pour une machine construite et assemblée au Japon, le prix est plus que compétitif. Il ne reste plus qu’à l’essayer pour se convaincre de l’excellence de cette moto.

En chasse

La Royal Enfield Hunter 350 se dévoile enfin sur le marché européen. Le lancement international ayant déjà été organisé en août dernier, il n’était pas surprenant de la découvrir à Cologne. La Royal Enfield Hunter 350 est toujours aussi séduisante, avec son monocylindre de 350cc produisant 20,2 chevaux à 6.100 tr/min et 27 Nm à 4.000 tr/min. Elle pèse 181 kg, affiche une hauteur de selle de 790 mm et dispose d’un réservoir de 13 litres pour une autonomie pouvant atteindre les 400 kilomètres. La fourche télescopique de 41 mm a un débattement de 130 mm et n’est pas réglable. En termes de prix, la Hunter ne sera pas trop éloignée des Classic 350 et de la Meteor 350 avec un tarif en retrait de quelques centaines d’euros, établi dès lors à 4.499 €.

Sir Bond

S’appuyant sur une précédente collaboration entre les deux icônes britanniques, Triumph célèbre les 60 ans du célèbre espion avec la sortie d’une Speed Triple 1200 RR Bond Edition hyper-exclusive. Cette édition spéciale Bond se targue d’une peinture noire personnalisée énumérant les 25 titres des films de James Bond, avec des graphiques 007 officiels et des bandes dorées peintes à la main, ainsi que des autocollants et des badges personnalisés. L’un d’entre eux, sur le té supérieur de fourche, porte un numéro de série unique. Pour être tout à fait convaincu de cette exclusivité, vous recevrez également un certificat d’authenticité dessiné à la main et une housse pour garder ce petit bijou à l’abri des regards. Sous cette robe unique, vous trouverez une Speed Triple 1200 RR aux spécifications bien connues. À savoir un moteur 3 cylindres de 180 chevaux, des suspensions semi-actives, des freins Stylema Brembo et une panacée d’assistances électroniques de tout ordre. Dernier détail, son prix était fixé à plus de 25.000 €. « Était » car, ne vous précipitez pas chez votre concessionnaire, tous les exemplaires sont déjà vendus.

Electricity

Kawasaki a dévoilé son prototype EV. Cette machine aperçue lors des 8 heures de Suzuka annonce l’arrivée de trois autres modèles totalement électriques en 2023. Peu d’informations ont filtré sur le contenu et le contenant. Toujours est-il que Kawasaki ne se détourne pas des motorisations thermiques mais est bien obligé de suivre les directives mondiales en matière de pollution. La marque étudie également des options autour du biocarburant et de l’hydrogène comme choix possible vers la neutralité carbone. Une affaire à suivre au sein de toutes les marques.

La passe de 3

Suzuki se la joue 125cc en ayant amené dans ses cartons une triplette de scooters. Address, Avenis et Burgman Street EX. Ces trois scooters sont propulsés par le monocylindre Suzuki Eco Performance (SEP) de 124cc à refroidissement par air. Pour l’Avenis 125 et l’Address 125, le moteur développe 8,7 chevaux à 6.750 tr/min et 10 Nm à 5.500 tr/min. La puissance maximale du Burgman Street 125EX est de 8,6 chevaux à 6.500 tr/min. Ce dernier figurant dans le haut de gamme, il profite, entre autres, du système Engine Auto Stop-Start et des marchepieds de grandes dimensions. L’Address 125 se destine à une utilisation plutôt citadine avec son bac de rangement de plus de 21 litres, ses 105 kg et une hauteur de selle de seulement 770 mm. Un rien plus sportif, l’Avenis 125 se démarque par ses lignes plus volontaires tout en reprenant, dans les grandes lignes, les caractéristiques de l’Address. L’Avenis 125 et l’Address 125 seront tous deux disponibles au début de l’année 2023. Le Burgman Street 125EX arrivera chez les concessionnaires Suzuki au printemps. Les prix seront annoncés ultérieurement.

Autrefois

Pas d’Intermot sans Horex. Le motoriste allemand, connu principalement pour ses six cylindres, son exclusivité et… ses faillites, n’a pas présenté une autre édition limitée de la VR6, mais un tout nouveau modèle. Cette nouvelle Horex appelée Regina Evo n’est pas équipée d’un moteur six cylindres, mais d’un « simple » monocylindre. La Regina est peut-être un nouveau modèle, mais son nom fait référence au passé. En effet, en 1950, la Regina était l’un des modèles Horex les plus populaires, avec 83.000 exemplaires vendus. Cette nouvelle Regina Evo est une interprétation moderne de l’original. Pour ce faire, Horex a étudié de près le design rétro, avec des formes arrondies, des roues à rayons, beaucoup de chrome et un phare rond. En regardant d’un peu plus près, on retrouve de nombreux détails magnifiques et modernes. Comme par exemple, le cadre et le bras oscillant en carbone, des feux LED, les freins à disque et une transmission à six rapports. Cette boîte de vitesses est associée à un monocylindre de 660cc à refroidissement liquide (EU5) développant 48 chevaux. Cela devrait suffire pour parader avec cette nouvelle Horex. Du moins, si elle arrive un jour sur le marché !

En conclusion...

Seules quelques marques s’étaient investies dans cet Intermot 2022. Espérons que l’EICMA qui ouvre ses portes ce 8 novembre ne sombre pas lui aussi dans la monotonie et la sobriété née d’une épidémie exagérée et d’un envahissement moyenâgeux. Au détour des quelques stands, on a pu apercevoir de ci de là quelques accessoiristes représentés par des enseignes locales au même titre que certains constructeurs. Intermot 2022, une édition seulement teintée d’une aile rouge asiatique.

Mots-clés: Moto
Intermot 2022 - Une star et quelques étoiles
Articles à la une

Vidéo


Veuillez accepter les cookies marketing pour voir les vidéos

 Ouvrir les préférences

Inscription à la newsletter

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter

Je m’inscris