Essai moto Ducati Streetfighter V2

il y a 1 sem.

Il n’est pas question ici de comparer cette Ducati à la BMW S1000R. On ne roule pas en Ducati par hasard mais bien par passion et une BMW S1000R n’a au départ rien à envier à ses concurrentes.

Quelque peu dégonflée par rapport à la V4S, la V2 se comporte de manière plus raisonnable avec « seulement » 152 chevaux sous les culasses. Ça fait du bruit, la hauteur de selle est conséquente, on est bien en appui sur le guidon et ça chauffe les cuisses, genre thermostat à 180°C.

De retour sur le circuit de Mettet grâce au stage de la Mertens Riding School ces 18 et 19 août derniers, je m’élance sur le tracé tout en courbes, l’esprit serein. Je me souviens de ce temps d’avant où les applaudissements se répétaient à l’infini lorsqu’un « V » italien passait devant les tribunes. À l’heure actuelle, la personne la plus intéressée par mes passages minutés détient un sonomètre dans les mains. De plus en plus silencieuse, une Streetfighter émet cependant encore quelques décibels. Tour après tour, j’assimile rapidement que si je ne veux pas me faire trop déposer par les motos de plus de 200 chevaux, je dois essayer d’atteindre le plus rapidement possible les 8.000 tr/min pour enchaîner les rapports jusque 11.000 tr/min. Le quickshifer est performant quoique parfois un peu imprécis entre la 2 et la 3. Par bonheur, l’électronique me permet de toujours maintenir les deux roues au sol. Je pousse, une fois de plus, les assistances au maximum, désireux de ne pas mettre le pneu arrière en glisse ni de retrouver la roue avant à hauteur de mon casque lors des accélérations en sortie du virage 10. Je n’ai pas à me plaindre des suspensions ni du mordant des étriers. Un zeste de précision en plus aurait été préférable mais ça passe malgré tout. Le plus important n’est pas de se focaliser sur l’entrée mais bien sur la sortie du virage. Appliquer ce conseil permet souvent de se sortir des situations les plus délicates ! À deux doigts du torticolis, je rentre au box en ayant malgré tout apprécié ce grand guidon autorisant une prise en main plus sûre que la position habituelle cachée derrière le carénage.

Verdict

Cette Streetfighter V2 est somme toute assez plaisante mais question sensations mieux vaut se tourner du côté de la V4S.

Ses bons côtés

  • Belle finition et qualité des matériaux
  • Moteur volontaire au-dessus de 3.000 tr/min
  • Assistances efficaces

Ducati Streetfighter V2

  • Moteur : bicylindre en L à 90, 4 temps, refroidit par eau, 2 ACT, desmodromique, 8 soupapes, 955 cm3
  • Puissance : 153 ch à 10.750 tr/min
  • Couple : 103,5 Nm à 9.000 tr/min
  • Réservoir : 17 litres
  • Hauteur de selle : 845 mm
  • Poids (TFT) : 200 kg
  • Prix : 17.390€
Mots-clés: Moto Ducati Streetfighter
Essai moto Ducati Streetfighter V2
Articles à la une

Vidéo


Veuillez accepter les cookies marketing pour voir les vidéos

 Ouvrir les préférences

Inscription à la newsletter

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter

Je m’inscris