Essai Honda NT1100 DCT - 4.000 km de plaisir

il y a 2 mois

La Honda NT1100 DCT ayant été présentée et essayée en automne dernier, l’idée d’un voyage au long cours au guidon de cette digne héritière de la Pan European ST1100 m’était alors apparue comme une évidence…

Destination les Pyrénées et les Cévennes où la NT1100 va pouvoir s’exprimer virages après virages. Pour agrémenter cette « descente » vers le sud, nous ferons une petite escale dans les Côtes-d’Armor. Précisons également que je vais voyager « à l’ancienne », c’est-à-dire avec tout le barda de camping. Malgré la canicule qui sévit cet été, je réussis dès les premiers kilomètres à tester la NT1100 sous la pluie. Les deux heures de flotte entre la Belgique et Chartres me permettent d’apprécier l’excellente protection offerte par la Honda. Notamment grâce à la bulle réglable en hauteur et aux déflecteurs pour les mains et les pieds. Comme je dispose d’une version DCT, je mets à profit cette première étape pour tester les différents programmes automatiques disponibles. Le plus routier, c’est le « D », très adapté si on veut rouler pépère avec sa moitié comme passagère. Ce n’est pas mon cas car mon épouse me suit avec sa Triumph Trident 660. J’opte donc pour le plus linéaire des trois modes sportifs, le « S1 » qui correspond mieux à mon style de conduite en solo. Je testerai évidemment le mode pluie durant l’averse. Sinon, reste les modes « Cyclo » - c’est comme cela qu’est dénommé le mode route – et « Urbain ». Quant aux modes Utilisateur 1 et 2, nous y reviendrons plus tard. Chaque mode intervient directement sur l’injection et la sensibilité des différentes aides à la conduite.

Suivez le guide

L’arrivée à Dinan (sans t) se fait sous un soleil resplendissant. Si vous avez l’occasion de visiter cette cité fortifiée construite sur une colline, vous ne regretterez pas le déplacement. Elle domine la Rance – et son petit port – qui se jette plus loin dans la Manche. Une vraie carte postale. Le lendemain, nous profitons de ce temps clément pour effectuer une petite balade. En longeant les Côtes d’Emeraude et de Galéo, nous découvrons de magnifiques paysages avant de rejoindre Paimpol pour une petite pose gastronomique. C’est aussi l’occasion de tester le système de connectivité via l’écran TFT tactile de 6,5 pouces. La NT1100 vous permet de vous brancher directement sur le programme Android Auto (ou Apple CarPlay) via votre câble et la prise USB positionnée à droite de l’écran. Des programmes comme Google Maps ou encore Waze sont ainsi utilisables directement sur l’écran tactile. Et si vous êtes équipé d’un casque avec des écouteurs, la musique et les infos vocales viendront à vous. Il est temps maintenant de se diriger plus au sud. Profitant de la gratuité des autoroutes jusqu’à Nantes, je teste la Honda sur ce type de parcours. Ce n’est pas ma tasse de saké, mais la 1100 s’y trouve à l’aise. Par contre, la précision du compteur de la japonaise laisse un peu à désirer. Il y a 10 km/h de différence entre la vitesse affichée à l’écran et celle de mon Coyote. Ce n’est vraiment pas négatif car en dépassant un peu la vitesse réglementaire par distraction, vous resterez parfaitement dans la légalité en évitant, au passage, de vous ramasser une prune.

Ça chauffe en Gironde

Rien de tel que les nationales pour goûter au plaisir de la balade. Après la traversée de la Vendée et de la Charente-Maritime, nous jetons l’ancre du côté de Blaye. Logeant l’estuaire de la Gironde, ce site fut fortifié à la fin du XVIIe siècle par un certain Sébastien Le Prestre que nous connaissons mieux sous le nom de Marquis de Vauban. Et c’est justement au centre de cette citadelle que nous passerons la nuit. La municipalité de Blaye a eu la bonne idée d’y installer un camping parfaitement intégré dans le paysage. Je profite de cette belle étape pour détailler les capacités de chargement de ma NT1100. Celle-ci dispose d’origine de deux valises (provenance SHAD) d’une contenance de 32 et 33 litres, avec des housses intérieures très pratiques. Pour parfaire le tout, elle est équipée d’un top-case de 50 litres (avec dosseret pour le passager). Il ne me manquait plus que la sacoche réservoir pour me la jouer aventurier.

Il est temps à présent de reprendre la route pour notre destination finale, le Pays Basque. Cette magnifique région lovée entre mer et montagne offre des possibilités énormes en matière de balades en tous genres. Durant quelques jours, nous allons en profiter un maximum. Surtout dans les Pyrénées, à la frontière entre la France et l’Espagne où la NT1100 va se comporter de manière plus qu’honorable malgré un poids approchant les 250 kg (version DCT). Il n’y a que dans les épingles serrées où ce système à double embrayage automatique handicapera un peu ma progression. Mon choix se porte alors sur le mode manuel à double gâchette.

Tant de choses à voir

Les meilleures choses ayant toujours une fin, il nous faut à présent penser à remonter vers la Belgique. Nous profitons encore d’une belle journée ensoleillée pour « passer » quelques cols mythiques du Tour de France comme l’Aubisque ou le Tourmalet avant de poser nos valises sur les contreforts de cette splendide chaîne montagneuse. C’est sous l’orage que nous replions notre bivouac le lendemain et reprenons la route en direction de la Haute-Garonne et du Tarn. La Honda se joue encore une fois du mauvais temps en me préservant un maximum. Les poignées chauffantes sont même activées pour mon plus grand bonheur.

L’après-midi, l’horizon se dégage pour notre arrivée devant le viaduc de Millau toujours aussi impressionnant. Les Gorges du Tarn s’offrent maintenant à nous. C’est une aubaine car je vais pouvoir tester le mode de conduite « Utilisateur 1 » qu’on peut paramétrer à sa guise. Choix de la puissance et du frein moteur maximum viennent alors enjoliver ma conduite en mode manuel. Les suspensions, qui absorbent parfaitement les irrégularités du revêtement, mariées à la selle confort (option), préservent mon arrière-train. Le freinage reste toujours optimal et il faut en faire beaucoup pour arriver à la limite de la garde au sol.

La traversée du Parc National des Cévennes sera encore une belle découverte. Sous une chaleur de plus en plus accablante, la hauteur de la bulle sera descendue manuellement à son maximum. Son maniement n’est pas toujours évident. Petit passage par l’Ardèche et le Puy-de-Dôme avant de traverser la Loire. La fin de notre voyage approche. C’est la cité médiévale de Clamecy qui nous accueille pour cette dernière étape. Il est temps de faire le point sur ce périple en compagnie de la nouvelle routière japonaise. Avec un total de 4.190 kilomètres à la vitesse moyenne de 64 km/h, la consommation moyenne avoisine les 4,8l/100 km, soit un peu en deçà du chiffre annoncé par Honda (5l/100 km). La NT1100 a donc tenu toutes ses promesses !

Conclusion

Bonne protection, confort assuré, moteur agréable, capacité d’emport convaincante, que demander de plus ? Les grincheux rétorqueront qu’il manque une transmission par arbre pour que la NT1100 soit considérée comme une vraie moto de grand tourisme. Au vu de la qualité des chaînes actuelles, c’est un argument qui ne tient plus la route.

Les +

  • Capacité de chargement
  • Hauteur de selle
  • Consommation
  • Protection

Les –

  • DCT en virages serrés
  • Réglage manuel du pare-brise

La Honda NT1100 DCT en quelques chiffres :

  • Moteur : bicylindre parallèle 4-temps refroidi par eau, 8 soupapes, 4 soupapes par cylindre, refroidi par eau,
  • Cylindrée : 1.084cc
  • Puissance max : 102 ch (75kW) à 7.500 tr/min
  • Couple max : 104 Nm à 6.250 tr/min
  • Boîte de vitesses : à 6 rapports
  • Transmission finale : par chaîne
  • Cadre : double poutre + simple berceau dédoublé en acier
  • Suspension avant : fourche inversée Showa SFF-BP 43mm avec ajustement de la précharge, Déb. 150mm.
  • Suspension arrière : bras oscillant monobloc aluminium avec Pro-Link et amortisseur SHOWA réglable en précharge, déb. 150 mm
  • Frein avant : deux disques flottant de 310 mm, étrier à montage radial 4 pistons, ABS deux canaux
  • Frein arrière : un disque de 256 mm, étrier simple piston, ABS deux canaux
  • Hauteur de selle : 820 mm
  • Poids (TPF) : 238 kg (248 kg DCT)
  • Réservoir : 20,4 litres
  • Prix : 13.999€ et 15.199€ (DCT) TVAC
Mots-clés: Moto Honda
Essai Honda NT1100 DCT - 4.000 km de plaisir
Articles à la une

Vidéo


Veuillez accepter les cookies marketing pour voir les vidéos

 Ouvrir les préférences

Inscription à la newsletter

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter

Je m’inscris