Essai BMW R1250RT - L’entre-deux

il y a 1 mois

Position quelque peu ambiguë pour la R1250RT entourée au sein de la même famille de GS redoutables et de K1600 aux six cylindres enjôleurs toutes aussi dévolues aux grands espaces que cette GT. Contrôle de passage.

Légèrement modifiée en 2022 via la greffe d’un écran TFT de grandes dimensions et de connexions tous azimuts, la R1250RT maintient toute sa confiance dans son moteur Boxer dont la puissance maintenue à 136 chevaux suffit largement à se mouvoir en toutes circonstances. Les performances et la docilité de cette machine n’étant plus sujets à discussions, je vais plutôt m’attarder sur sa connectivité avec laquelle j’aurai jonglé tout au long des 3.838 km parcourus cet été. Le support GPS n’étant plus fourni, il faut impérativement passer par votre smartphone et l’application BMW Motorrad pour choisir votre itinéraire et en définir vos préférences. J’élimine d’emblée les autoroutes et les grands axes afin de privilégier les petites routes exsangues de tout radar. En quelques secondes, l’appli va vous proposer un parcours qu’il vous faudra rendre visible sur l’écran TFT. Une liaison qui prendra un certain tremps à chaque démarrage ! Mieux vaut éviter de couper le contact lors des arrêts afin de maintenir la liaison Wi-Fi entre la centrale et votre smartphone. Un espace de rangement et de chargement par induction est bien prévu sur le côté droit du carénage mais la consommation d’énergie est plus élevée que l’apport en électricité. En résumé, après quelques heures, votre smartphone sera plat ! Seule solution, raccorder votre GSM au port USB prévu à cet effet mais il sera alors impossible de fermer la trappe. Ceci n'est pas problématique, du moins, quand il ne pleut pas…

En musique

Les 4 boutons, situés sur le flanc gauche, vous permettent de choisir les raccourcis vous donnant accès directement à vos fonctions privilégiées telles que la radio, les poignées chauffantes, etc. La qualité du son proposé par BMW est largement en retrait par rapport à l’installation hi-fi de la Goldwing mais aux vitesses réglementaires, ça reste convenable. Ayant opté pour le réglage automatique des suspensions, je ne peux qu’en apprécier le confort et enfiler de nombreux kilomètres sans ressentir la moindre fatigue au niveau du fessier. Bon point également en ce qui concerne la consommation dont les chiffres se sont stabilisés à 4,7l/100 km tout au long de ce parcours très sinueux, soit une autonomie de près de 500 km. La Bretagne, le Lot, les Cévennes, la Côte-d’Azur, les Alpes, le Jura et les Ardennes, de départementales en routes oubliées, la R1250RT m’aura une fois de plus convaincu de son énorme potentiel et de sa prédestination à rouler quelles que soient les conditions.

Conclusion

Depuis 1978, une époque où voyager et découvrir le monde semblait une évidence, BMW a imaginé une moto capable de traverser tous les continents et de rouler en toutes circonstances. La RT a depuis conquis le cœur de nombre d’entre-nous. En attendant son évolution en 2023, la R1250RT actuelle a largement de quoi séduire tous les amoureux de la route. Fussent-ils accros à sa principale rivale, la GS !

Les +

  • Maniabilité
  • Douceur d’utilisation
  • Espaces de rangement

Les –

  • Connectivité laborieuse
  • Espace de rangement smartphone exigu
  • Freinage intégral

Mini-fiche technique

  • Moteur : bicylindre 4T, refroidissement par air et eau, double ACT, 4 soupapes, ShiftCam, 1254cc
  • Puissance : 136 ch à 7.750 tr/mn
  • Poids : 279 kg (tous pleins faits)
  • Hauteur de selle : 805/825 mm
  • Réservoir : 25 litres
  • Prix :  21.030€ TVAC
Mots-clés: Moto BMW
Articles à la une

Vidéo


Veuillez accepter les cookies marketing pour voir les vidéos

 Ouvrir les préférences

Inscription à la newsletter

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter

Je m’inscris